home Politique, RD Congo, Société RDC : Les Réseaux sociaux congolais orphelins de son champion, Emery Patrice Olengha dit The DOPE [HOMMAGES]

RDC : Les Réseaux sociaux congolais orphelins de son champion, Emery Patrice Olengha dit The DOPE [HOMMAGES]

Près de deux mois depuis son décès innattendu, ce sont des hommages personnels que je voudrais aujourd’hui rendre à une personne exceptionnelle et unique que j’aurais connu dans ma petite vie sur cette terre des hommes. Il s’agit d’Emery Patrice Okende Olengha dit EPO et The Dop pour les intimes, ce qui voulait simplement dire « le meilleur, la vérité, un homme cool, gentil, aimable qui plait à tout le monde, sincère, conciliant et pas conflictuel ».

De Londres en Grande Bretagne à Kinshasa en RDC, de Bruxelles en Belgique et en France où il aura passé une partie de son enfance ; ce monsieur était resté « vrai » ami et sans fioriture. Pour les quelques rares de fois où nous nous sommes vus, l’homme à l’éternel « écharpe » à la mobutienne autour du coup était devenu plus qu’un frère.  

Chrétien confirmé, époux et père aimant pour son épouse et ses enfants sans compter son engagement en politique aux côtés d’Adam Bombole d’abord et Jean-Claude Muyambo ensuite fut un réel leader.

Alors qu’il n’arrêtait de me demander quel jour finalement je me déciderais de quitter « le confort de l’Europe » pour revenir au pays comme lui, les deux dernières fois que nous sommes vus datent de 2017 et 2019.

D’abord dans ce petit village flamand chez un cousin à lui en province de la Flandre Occidentale en Belgique alors qu’il était en tournée politique en Europe. Une petite virée touristique à Bruxelles pour se remémorer des souvenirs avec une fin de journée dans ce quartier congolais de Matonge d’Ixelles autour d’un bon repas typiquement congolais.

Ensuite dans une nuit chaude d’un mois de mai sans transport avec les embouteillages de Kinshasa entre les Boulevards du 30 juin et Colonel Mondjiba non loin de l’ex-Utexafrica. Cherchant désespérément un taxi pour me ramener chez moi à Binza Pigeon, et comme par un hasard ; c’est la silhouette massive de « The Dope » que j’aperçus devant la station d’essence entrain d’attendre d’être servi. Embrassades des retrouvailles inattendues avec cette question : « pourquoi tu ne m’as pas averti que tu arrivais et j’espère que c’est définitivement cette fois-ci ; ce pays a besoin de nous tous et il y a beaucoup à faire ici ».

A bord de sa voiture anglaise, il me déposera à Binza Delvaux non loin de chez moi avant de repartir chez lui à Ma Campagne avec promesse de nous revoir bientôt ; ce qui ne se fera plus jamais sur cette terre des hommes. Tout au long de notre parcours, on reparlera de nos familles, de la politique et de nos projets personnels…

La mort d’une mère

On savait l’homme plus qu’affecté depuis la mort de sa maman le 05 décembre 2018 et ce, jusqu’à sa propre mort presque deux ans plus tard en juin 2020. Le 04 décembre 2019, il écrivait ceci sur son mur Facebook :

« Oui, demain ça va faire “déjà” un an que tu t’en allais maman. Un an c’est long et pas grand-chose à la fois. Un an que je ne te vois plus sauf sur les photos et les vidéos, un an que je ne t’entend plus. En plus, je suis tout seul plus que jamais aujourd’hui. Tu t’en est allée rejoindre papa et c’est dingue vous m’avez laissée sur Terre, vous étiez les deux êtres sûres de ma vie ! Mais d’un côté, je suis heureux que vous vous êtes retrouvés tous les deux. Demain, je vais lire un beau mot pour toi maman à l’heure de ta mort survenue dans mes bras, je sais qu’il te plaira et en même temps, j’espère que ça réglera certaines discordes de famille…D’ailleurs, vu tout ce qui s’est passé et tout ce qui se passe, actuellement, depuis ton départ maman, je sais que ça ne te plait pas et à papa non plus. Vous devez sans doute être écœurées autant que moi ! Mais, voilà, juste pour te dire maman que malgré cet an passé, la douleur et le manque sont toujours là. Je sais que vous deux au ciel, vous êtes mon protecteur qui fera de 2020 une année digne du nom que vous m’avez donné. Je vous fais d’énormes baisers et à bientôt mes parents. Votre fils SG Emery Patrice Olengha ».

Et pourtant lors de notre dernière rencontre dans cette nuit de Kinshasa, il me répétait encore l’une de ces phrases dont il avait le secret : « Dans la vie, fais confiance à ceux qui peuvent voir ces trois choses en toi : ta peine derrière ton sourire, ton amour malgré ta colère et la raison de ton silence ».

Ces propos, il me les tenaient après m’avoir dit ce qu’il vivait depuis la mort de leur père et voir la manière dont certaines personnes de sa propre famille traitaient pourtant leur maman de son vivant. Un conseil, une exhortation et toujours une prise de position juste et sans polémique aucune ; c’était tout ceci Emery Patrice Olengha.

Tous orphelins

Outre sa famille biologique, son épouse et leurs enfants qui pleurent un mari et un père, c’est aussi sa famille politique dans le parti SCODE (Solidarité Congolaise pour la Démocratie et le Développement (SCODE) de Jean-Claude Muyambo Kyassa qui a perdu son Secrétaire Général.

Mais aussi et surtout sa grande famille virtuelle au travers de son Facebooksphère comme il aimait le dire ainsi que sa twittosphère où près de 100 milles twittos le suivaient chaque jour. La fermeture de son compte par Twitter avait suscité un élan mondial et une pétition internationale que son compte fut réouvert au bout de trois jours.

Lire aussi : RDC : Emery Patrice Olengha interpelle Twitter pour la réouverture de son compte @EPOlengha suspendu https://www.afriwave.com/2019/09/20/rdc-emery-patrice-olengha-interpelle-twitter-pour-la-reouverture-de-son-compte-epolengha-suspendu/

La maudite Covid-19

Le 03 mai 2020, sur son mur Facebook ; il écrivait pourtant sans le savoir que cette maudite pandémie l’emporterait quelques semaines plus tard : « Coronavirus a prouvé que tout ce qu’il y’a autour de nous est temporaire. Les choses qui tournaient autour de notre vie … le travail, la salle de gym, les centres commerciaux, le cinéma, la société ont tous été jetés à l’eau alors que nous apprenons à vivre sans eux. Cela nous a appris qu’en fin de compte, c’est notre propre maison et notre famille qui nous gardent en sécurité. Un bon dimanche chez-vous ! SG Emery Patrice Olengha ».

Tout s’est pourtant effondré le lundi 08 juin 2020 alors que The Dope venait de passer un weekend difficile, sa respiration devenant de plus en plus difficile alors qu’un appareil respiratoire trouvé sur Lubumbashi par Jean-Claude Muyambo attendait d’être rapatrié sur Kinshasa.  

Certes un adieu pour cette terre des hommes mais une courte séparation en attendant l’espérance de la résurrection mon cher Emery Patrice Olengha, EPO The Dope. Le chagrin est là mais la foi dont tu auras montré d’exemple est un sujet de joie pour les vivants que nous sommes encore pour un temps. Repose en paix et à très bientôt auprès de Ton Maître, notre Maître à tous ; le Seigneur Jésus-Christ.

Ton ami et frère Roger DIKU

print

Partagez

shares