home Politique, RD Congo RDC : Et si Félix Tshisekedi se séparait de Vital Kamerhe ?

RDC : Et si Félix Tshisekedi se séparait de Vital Kamerhe ?

Alors que leur première année de l’exercice commun du pouvoir n’est même pas encore terminée, le couple FatshiVit (Felix Tshisekedi et Vital Kamerhe) tangue déjà. Et pour cause, une sorte de guerre larvée entre les proches de deux leaders de la coalition CACH (Cap pour le Changement) tant à la Cité de l’Union Africaine (Bureau du président de la République) qu’au Palais de la Nation (Bureau du Directeur de Cabinet).

Et ce, sans compter les multiples bourdes et autres suspicions attribuées au Cabinet du chef de l’Etat dirigé d’une main de fer par son allié Vital Kamerhe.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase demeure cette affaire de près des 15 millions de dollars,  14 775 000 dollars exactement disparus des caisses de l’Etat et pour lesquels les Inspecteurs des Finances ont été empêchés pour ne pas dire intimidés par le Directeur de cabinet du chef de l’Etat de faire une enquête pourtant diligentée par l’ANR.

Selon l’Inspection Générale des Finances (IGF), « cet argent qui devrait être reversé dans le compte du Trésor public l’aurait été sur demande de Vital Kamerhe, le 10 mai 2019, virée sur un compte du Comité de suivi du programme d’urgence du chef de l’État ». La question qui demeure, est-ce le président de la République en était-il informé ?

Les deux lettres signées le Directeur de cabinet Vital Kamerhe, ordonnant « l’arrêt de l’enquête sur la gestion des finances publiques depuis l’investiture du président Félix Tshisekedi ‪le 24 janvier » et celle  « fustigeant l’Inspection Générale des Finances (IGF) » en réponse à la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) disant « illégale les missions diligentées par l’Inspection auprès de certaines entreprises » ; ont fini par renforcer les suspicions de corruption par des détournements des fonds publics.

Et comme pour impliquer le président de la République, ces deux courriers font sentir qu’ils le sont avec l’assentiment de la présidence car il faudrait selon les textes légaux ; « pour mener ces genres d’enquêtes, l’autorisation de la présidence de la République ».

Quel avenir pour Félix et Vital ?

Des voix se lèvent pour se demander « le pourquoi » Félix Tshisekedi ne se sépare-t-il pas enfin de Vital Kamerhe en le remplaçant à la tête de son Cabinet. Annoncé partant pour un important poste ministériel au sein du nouveau gouvernement, Vital Kamerhe est toujours à la tête du bureau présidentiel.

« De deux choses l’une. Soit Félix Tshisekedi à la bonne information sur ce scandale de l’IGF et tout ce qui est dit est de l’intox pour nuire ses relations avec Kamerhe. Soit, il est informé de la véracité des faits et en politicien aguerri, il attend le bon moment pour se séparer de son Directeur de Cabinet avec des éléments plus que probants. Ce dernier quadrimestre sera riche en rebondissements » note un confrère journaliste de Kinshasa sous anonymat.  

Félix aurait-il la force  se demande une partie de l’opinion lorsqu’on se sait que Kamerhe et ses proches font une « espèce » de chantage permanente sur le président de la République : « Le cran, je crois qu’il l’aura car il est tenu par ses déclarations sur la lutte contre les antivaleurs de la corruption et la moralisation de la vie politique du pays. Il doit également tenir compte de l’électorat de l’Est, de sa base de l’UDPS dont il semble s’en éloigner, de ses adversaires politiques internes et externes. Mais ayant été à l’école du Sphinx, je lui fais confiance » poursuit le confrère.

Un autre son de cloche d’un attaché parlementaire de l’opposition ayant soutenu Félix lors de sa campagne présidentielle de 2018 sur le devenir de l’alliance Tshisekedi- Kamerhe : « De la même source on ne peut pas y tirer de l’eau potable et de l’eau salée. La fameuse lutte contre la corruption passe par le renforcement des services publics appropriés comme l’Inspection Générale des Finances (IGF) par exemple que de chercher à discréditer les fonctionnaires pour avoir fait leur travail ».

Et de poursuivre à l’endroit du président de la République : « Il faut prêcher par trois principes à savoir l’exemplarité, la redevabilité et l’éthique à la tête de l’état. Aujourd’hui c’est le bordel total, il n’y a qu’à lire par exemple le pseudo programme de gouvernement pour mieux saisir l’ampleur de désarroi. Fatshi doit se ressaisir et prendre des décisions courageuses en faisant le ménage dans son entourage avec des hommes et des femmes aguerris que de s’entoure des courtisans incapables de lui dire les choses clairement.  On sait que ça va faire mal mais il n’existe pas des sentiments dans la gestion de la chose publique » conclut-il.

Nul n’est sans ignorer qu’au lendemain de leur accord signé à Nairobi pour un « désistement » de Kamerhe en faveur de Félix Tshisekedi à la présidentielle, le chef de l’UNC en stratège futé de la politique avait commencé à placer ses pions autour du futur président qui ne s’en rendait peut-être pas compte sur le coup.

En commençant par la communication où Lydie Omanga, alors chargée de la communication de l’UNC depuis Paris s’installait à côté du futur président de la République jusqu’à siéger à sa table comme lors de cette visite officielle au Kenya en face du président Uhuru Kenyatta.

Nul n’en doute aussi que malgré toutes les bonnes volontés du monde, les conseillers de l’UDPS et ceux l’UNC s’épient comme « chats et chiens », sur fond d’influences et de positionnement en prévision des hostilités de 2023 sous le regard amusé du FCC de Kabila qui continue en coulisses de tirer les ficelles du pouvoir pour rebondir demain peut-être.

Certes qu’il existe cet accord de partenariat politique conclu le 23 novembre 2018 aux termes duquel Félix Tshisekedi et l’UDPS soutiendront Vital Kamerhe et l’UNC lors de la prochaine présidentielle de 2023. Mais à allure où vont les choses ; cette clause aura-t-elle encore sa chance d’être appliquée, là demeure la question.

Roger DIKU et Thaddée Luaba Wa Ba Mabungi

Lire aussi : RDC : Affaire disparition des 15 millions de dollars : Un « Document-Rapport » qui accuse et fragilise… https://www.afriwave.com/2019/09/04/rdc-affaire-disparition-des-15-millions-de-dollars-un-document-rapport-qui-accuse-et-fragilise/

Lire aussi : RDC-PRÉSIDENCE : Félix Tshisekedi recadre ses collaborateurs ! https://www.afriwave.com/2019/07/26/rdc-presidence-felix-tshisekedi-recadre-ses-collaborateurs/

print

Partagez

shares