home Politique, RD Congo, Société KINSHASA : Obsèques d’Etienne Tshisekedi, Son ultime voyage au bout de la nuit à N’Sele

KINSHASA : Obsèques d’Etienne Tshisekedi, Son ultime voyage au bout de la nuit à N’Sele

KINSHASA. Même le soleil avait refusé de se coucher sur cette sombre nuit qui caractérise Kinshasa non loin des rives du majestueux Fleuve Congo qui coule à quelques kilomètres de là. Aux abords cette route Nationale n° 2 vers l’ancienne province de Bandundu se dresse majestueusement le Mausolée funéraire familial de la famille Tshisekedi dans cette commune rurale de la N’Sele. Ce soleil avait continué sa brillance en illuminant encore pour un temps sois peu la cérémonie de pose en terre définitive du corps d’Etienne Tshisekedi Wa Mulumba sous la protection rapprochée de son dernier garde du corps Fabien, ce colosse congolais venu de la lointaine Canada.

Deux ans et trois mois depuis son décès, l’ultime voyage sur la terre du premier ministre honoraire, chef de fil de l’opposition politique congolaise et ancien président de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) ; s’est achevé dans la nuit  du samedi 1er juin 2019 avec son enterrement dans le caveau familial en périphérie de Kinshasa la capitale.

Qui l’aurait cru que ce mercredi 1er  février 2017 quand, à la surprise générale, Etienne Tshisekedi parti en Belgique pour un contrôle de routine ; rendit l’âme alors qu’il venait d’être unanimement désigné président du Conseil National de Suivi de l’Accord (CNSA) du dialogue politique entre l’opposition et le pouvoir sous l’égide de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO).

Cette inhumation qui aurait dû se passer en stricte intimité familiale l’aura finalement été  en présence d’une foule nombreuse, mais surtout d’un ami personnel du défunt qu’on ne pouvait s’imaginer en la personne de Denis Sassou Nguesso, le président de la République du Congo-Brazzaville. Soutien politique et voir plus jusqu’à financier durant les dernières années de sa vie comme lors de sa campagne présidentielle de 2011 d’Etienne Tshisekedi, le congolais d’en face a accompagné le fils devenu président de la République Félix Tshisekedi Tshilombo du début du rapatriement de Bruxelles du corps du défunt le 30 mai 2019 jusqu’à sa mise en terre, tradition africaine bantou oblige.

Sassou Nguesso toujours présent…

Soutien de l’Afrique et de tout un peuple…

Chose impensable jusqu’à encore il y a peu, c’est accompagné par tout un pays ainsi que des chefs d’Etat Africains que Félix Tshisekedi Tshilombo et sa famille ont fini leur deuil en honorant un père. De Goma à Kananga en passant par Mbuji-Mayi et voir Mwena Ditu pour ne citer que ces villes, des veillées funéraires et un enterrement symbolique ont été observés durant les trois jours du deuil officiel qui se passait loin à Kinshasa la capitale du pays.

Ce qui devrait-être un deuil pour ses « combattants de l’UDPS »s’est transformé en une réjouissance populaire de célébration d’un homme qui aura incarné toute sa vie une manière de faire la politique. Parfois imprévisible dans son jusqu’auboutisme, Tshisekedi avec ses paroles « Le Peuple d’Abord et Prenez-vous en Charge »  aura laissé un testament politique à son peuple qui le lui a rendu trois jours durant.

Que l’on aime ou pas l’homme politique parfois imprévisible dans son comportement, Etienne Tshisekedi Wa Mulumba aura eu finalement droit à des funérailles officielles dignes de la légende qu’il fut et qu’il restera chez le Congolais et dans le monde. En reconnaissance de sa lutte politique pacifique, « Le Dr Etienne Tshisekedi Wa Mulumba a été élevé ce 1er juin 2019, à titre posthume, dans l’ordre national « Héros nationaux Kabila-Lumumba au grade de Grand Cordon » renseigne la présidence de la République.

Le président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo et sa famille auront fait montre de patience, de beaucoup de patience et surtout de sagesse. Que des rendez-vous manqué avec l’ancien pouvoir de Joseph Kabila qui redoutait sûrement ce que pouvait-être la réaction de la population dans les rues de Kinshasa en cas du rapatriement et des obsèques d’Etienne Tshisekedi qui pouvait sonner le glas du régime par une révolte populaire.

«Ce fut un mal pour un bien», comme aime à dire le Président de la République Démocratique du Congo Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, fils de son père Etienne Tshisekedi Wa Mulumba. Que n’a-t-on entendu comme prophéties et autres quolibets à son encontre ?

« Félix veut se faire nommer premier ministre et préfère le pouvoir qu’enterrer son père… Etienne Tshisekedi ne sera jamais enterrer en RDC comme l’avait prédit Lumumba contre ses assassins… Tshisekedi est déjà enterré en Belgique alors que son corps était toujours gardé dans ce funérarium d’Ixelles sur autorisation spéciale des belges… Félix mourra dans trois jours s’il rapatrie et enterre son père en RDC… »

Pourtant, tous les faux prophètes et autres thuriféraires en mal de buzz sur internet auront été démentis, la fin de l’histoire ayant donné raison à Félix Tshisekedi et sa famille d’attendre aussi longtemps avant de conduire son père en terre. Le fils devenu nouveau président de la République, poste que son défunt père aura caressé de loin toute sa  vie ; accompagné par l’Afrique et tout un peuple, a fait son deuil, « lui et sa famille, après avoir offert à son géniteur SA sépulture, devant le Congo, devant le monde. Comme on dit, Dieu fait grâce… » écrit notre confrère lesoftonline.net dans son édition en ligne du 30 mai 2019.

Roger DIKU KAPOTHO

print

Partagez

shares