home Politique, RD Congo RDC : Poursuite des grandes manœuvres politiques de l’Union Sacrée de la Nation autour de Félix Tshisekedi

RDC : Poursuite des grandes manœuvres politiques de l’Union Sacrée de la Nation autour de Félix Tshisekedi

Le chef de l’État Félix Tshisekedi prolonge les grandes manœuvres politiques pour la concrétisation de l’Union Sacrée de la Nation à Kinshasa. Il a accordé une nouvelle audience aux trois responsables politiques : Jean-Pierre Bemba Gombo (MLC), Jean-Marc Kabund (UDPS) et Moïse Katumbi Chapwe (Ensemble pour la République) le mercredi 13 janvier 2021.

Même si rien n’a filtré de ce rendez-vous, on peut se douter que la colonne vertébrale de la future grande coalition se fera autour de ces trois grandes formations politiques. Cette rencontre vient à la suite des concertations entamées le 26 décembre 2020 pour le même objectif. Chaque leader a sûrement son cahier de charges, quant au partage des responsabilités au sein du futur rassemblement.

Moïse Katumbi avait préalablement réuni au moins une septantaine de députés nationaux de sa plateforme électorale « Ensemble ». Le but était de renforcer la « cohésion interne face aux défis à venir » a-t-on entendu dire dans son entourage. Il a aussi reçu d’autres députés toutes tendances confondues, y compris les proches de Kabila ; qui sont des élus de l’ancienne grande province du Katanga, pour s’entretenir du « développement et unité » de leur entité décentralisée

Lire aussi :  RDC-UNION SACREE DE LA NATION : Bemba, Kabund et Katumbi de nouveau chez Tshisekedi https://www.afriwave.com/2020/12/27/rdc-union-sacree-de-la-nation-bemba-kabund-et-katumbi-de-nouveau-chez-tshisekedi/

Des ralliements inattendus

Pendant que se déroulent les manœuvres entre partenaires naturels d’hier en opposition, les défections se poursuivent dans le camp du Front Commun pour le Congo de Joseph Kabila. Celle de Lambert Mende Omalanga qui fut un cadre influent et ministre de l’Information et de la Communication omniprésent du régime Kabila les dix dernières années en est l’illustration.

Il s’est offert sans remords en spectacle, en déclarant adhérer avec son parti La Convention des Congolais Unis et Alliés (CCU-Alliés) à l’Union Sacrée de la Nation pour « accompagner le Chef de l’État dans sa vision en les voies et moyens d’éviter au pays le chaos dans lequel il risque de plonger si rien n’est fait pour revenir à une certaine cohésion entre nous ».

Pour son ralliement, Mende aurait posé trois conditions à savoir :

  • Que cette « initiative du Chef de l’Etat » soit une coalition ouverte aux entités politiques désireuses de négocier un programme de gouvernement avec lui, conformément aux dispositions de la Constitution,
  • L’implication personnelle du Président de la République pour faire abandonner toute idée de chasse aux sorcières que caressent ouvertement un certain nombre de ses partisans à l’encontre des membres du FCC,
  • Enfin la préservation de la dignité, de l’honneur et de la sécurité du président de la République honoraire, Joseph Kabila Kabange, pour le rôle déterminant qu’il a eu à jouer aussi bien dans l’élan de stabilisation et de normalisation qu’il a impulsé que dans l’alternance démocratique dont le pays a bénéficié il y a deux ans.

La lecture des conditions énoncées semble ne pas augurer une réelle volonté de changement. Le ralliement à l’Union Sacrée de la Nation de Mende, autant que les autres membres du FCC ; n’est qu’un « positionnement politique », « sauver leurs têtes et les privilèges accumulés ». Puisse la justice restaurée du pays s’intéresser vivement à la recherche des responsabilités des uns et des autres dans la débâcle du pays, occasionnée par près de deux décennies du règne de Kabila.

Selon des indiscrétions, Lambert Mende aurait même négocié soit pour un retour à un poste au gouvernement, la direction d’une entreprise publique ou le poste de rapporteur à l’Assemblée nationale. Des demandes auxquelles le Président de la République n’aurait répondu ni oui ni non tout en appréciant la clarté du demandeur.

Pour Monsieur A’HOY, ancien Directeur et Editorialiste du Quotidien UMOJA de Kinshasa dans les années 1990, « Mende adhérant à l’Union Sacrée de la Nation initiée par Tshisekedi ? Est-ce par intérêt, par opportunisme ou par conviction ? Depuis 1990, année où Mende est rentrée à Kinshasa, après des années en Belgique comme faux opposant à Mobutu, sa première visite a été sur le bateau Kamanyola de Mobutu. Après, on l’a vu sur la Rue Pétunias à Limete, chez Étienne Tshisekedi à la recherche d’un poste ministériel…. Voilà comment peut se résumer le parcours de Mende : toujours à la recherche d’un poste politique, toujours à la recherche d’un positionnement ! ».

Et de conclure : « Mais, après toutes ces années passées à courir après les postes de pouvoir, Mende ne peut présenter un bilan de ses accomplissements au service du peuple. Alors, pourquoi continue-t-il à chercher à adhérer aujourd’hui à l’Union Sacrée de la Nation tout en continuant d’appartenir au FCC ? Il en est de Mende comme de tous les politiciens du Congo : Eux d’abord ! Eux après ! Eux toujours. C’est pour cela que le pays est en lambeaux, comme il est aujourd’hui, 60 ans après l’indépendance ».

Une nouvelle arrivée d’un larron inattendue, hier encore chantre du Kabilisme ; celle de Steve Mbikayi Mabuluki, Président du Parti Travailliste et Ministre séant des Actions Humanitaires qui a subitement retourné sa casaque pour l’Union Sacrée de la Nation : « … On soutient cette vision du Chef de l’État qui va créer l’union sacrée où nous partons pour être co-fondateur ».

Empressé plus que les autres convertis de la dernière heure, Mbikayi parle déjà d’un « Front Patriotique 2023 ou des élus nationaux et provinciaux, partis politiques et personnalités favorables à l’Union Sacrée réunis à Kinshasa mercredi 13/ 01/2021 ont pour objectifs d’œuvrer pour le progrès social des congolais et la candidature de Fatshi en 2023 ». Arguant contribuer à la « consolidation de la position de l’Union Sacrée de la Nation », il a déclaré démissionner ipso facto du FCC pour adhérer à l’Union Sacrée de la Nation.

Thaddée Luaba Wa Ba Mabungi

print

Partagez

shares