home Politique, RD Congo, Société RDC-BELGIQUE : Pour des propos « racistes », des citoyens belges résidents bientôt expulsés du Congo

RDC-BELGIQUE : Pour des propos « racistes », des citoyens belges résidents bientôt expulsés du Congo

Ils sont quatre citoyens belges résidents de Kinshasa la capitale et Lubumbashi en province du Haut Katanga qui sont dans les collimateurs des services de la Direction Générale des Migrations (DGM).  Interpellés le 24 juin 2020, trois d’entre-eux ont été transférés à Kinshasa le même jour où ils sont en instance d’expulsion du pays avec annulation de leurs visas.

Avec un résident italien aujourd’hui en fuite en Zambie, un autre belge se trouvant depuis un certain temps au Gabon et un dernier au Portugal ; ces sept individus tous identifiés dans un fil de discussion sur Facebook, sont accusés des propos d’incitation à la haine, d’injures racistes et d’harcèlement à l’égard de Pierre Kompany.

Tout est partie d’une interview du Bourgmestre de la commune belge de Ganshoren bourgmestre de Ganshoren et père du Diable rouge Vincent Kompany accordée au site belgewww.7sur7.be dans son édition du 20 juin 2020. Pour l’élu belge d’origine congolaise, « La Belgique doit s’excuser pour son passé colonial dans l’occupation du Congo ».

Lire aussi : La Belgique doit “s’excuser” pour son passé colonial, juge Pierre Kompany https://www.7sur7.be/belgique/la-belgique-doit-s-excuser-pour-son-passe-colonial-juge-pierre-kompany

Et s’en était suivie une vidéo collective des six députés bruxellois dont trois d’origines congolaises (Céline Fremault, Bertin Mampaka, Véronique Lefrancq, Christophe De Beukelaer, Gladys Kazadi et Pierre Kompany), tous élus et membres du Centre démocrate Humaniste (CDH) en rapport avec le débat actuel sur le rôle de ce que fut la colonisation belge au Congo sous Léopold 2 et le dépôt futur d’une résolution au parlement relative à l’Histoire et la Mémoire coloniale partagée.

Depuis lors, Pierre Kompany est la cible constante de messages racistes répétés d’une violence inacceptable sur les réseaux sociaux de la part de certains individus dont ces belges pourtant installés en RDC et dressés en nouveaux colons des temps modernes.

Dans une furie raciste sur Facebook et en réponse à Pierre Kompany, ces « nouveaux colons des temps modernes » de Lubumbashi se déchaînent : Un certain Alain D. écrit « monsieur le bourgmestre, je connais un très bon taxidermiste qui se fera une joie de vous immortaliser gratuitement et placer au musée parmi les animaux d’Afrique ». Son compère Alexis D. enchaine : « Qu’on l’empaille et qu’on l’expose dans un musée ce complexé » avant que Nicolas B. Joe DS conclue « Des macaques dans toutes leurs splendeurs » qui partage une photo de singes assis dans une assemblée avec cette légende : « l’image que j’ai en tête quand je pense à notre gouvernement ».

Les excuses tardives d’Alain D. dans une lettre envoyée à Pierre Kompany le 24 juin ne feront rien, le mal profond étant déjà commise.  Dans ce qu’il décrit « être sa honte » il tente d’expliquer son comportement répugnant par « s’être laissé emporter dans une discussion à chaud… J’ai formulé des mots que je regrette amèrement, car ils ne reflètent en rien ma personnalité et ma nature… J’ai terriblement honte des propos publiés par moi, et je tiens à vous présenter mes regrets sincères ».

Pour les autorités congolaises, cette affaire Kompany devrait servir d’exemple eu égard au comportement de certains expatriés dans le pays. Les trois citoyens belges jusque-là détenus à Kinshasa dans les locaux de la DGM après leur expulsion de Lubumbashi devront se voir leurs visas annulés avec signification de reconduite aux frontières par leur expulsion pour les prochaines heures, ou dans les prochains jours.

Le CdH porte plainte

En attendant l’arrivée prochaine des protagonistes en Belgique, les six députés cdH du parlement bruxellois ont annoncé jeudi 25 juin 2020 le dépôt d’une plainte commune pour incitation à la haine, injures racistes et harcèlement à l’égard de leur collègue Pierre Kompany.  

Pour la cheffe de groupe Céline Fremault, « Le cdH porte solidairement cette résolution sur le travail d’Histoire et de Mémoire coloniale partagée et notamment, la demande d’excuses éclairées en accord avec le président du parti Maxime Prévot et le bureau politique du cdH. Or, force est de constater pour le cdH que seul Pierre Kompany fait l’objet d’un traitement odieux qui s’apparente par ailleurs à du harcèlement ».

Et de poursuivre : « Nous avons décidé de donner une suite judiciaire à ces expressions d’incitation à la haine et aux injures racistes par un dépôt de plainte soutenu par tous les membres du groupe politique. C’est ensemble qu’on ne doit rien laisser passer et c’est ensemble qu’il faut agir, d’autant que la question du racisme ne concerne pas que la victime. Elle relève d’une responsabilité collective ». A cet effet, un cabinet d’avocats a été désigné pour mener à bien la procédure.

Pour rappel, ce ne pas la première fois que le bourgmestre de Ganshoren est visé par des messages haineux. En janvier dernier, il avait déjà reçu dans la boîte aux lettres de la maison communale une lettre de menaces contenant des excréments, de la poudre blanche et des injures racistes.

Lire aussi : BRUXELLES-DIASPORA : Le Bourgmestre Pierre Kompany victime d’injures racistes et des menaces de mort https://www.afriwave.com/2020/01/21/bruxelles-diaspora-le-bourgmestre-pierre-kompany-victime-dinjures-racistes-et-des-menaces-de-mort/

Droit d’images RTBF

Pierre Kompany était l’invité de “Jeudi en Prime”, il a répondu à la polémique

Roger DIKU à Bruxelles et Thaddée Luaba Wa Ba Mabungi à Kinshasa

print

Partagez

shares