home Politique, RD Congo RDC : Procès télévisé Kamerhe, un « couteau à double tranchant »

RDC : Procès télévisé Kamerhe, un « couteau à double tranchant »

C’est en principe ce lundi 11 mai 2020 et à moins d’un incident de dernière minute que s’ouvre à Kinshasa dans l’enceinte de la Prison central de Makala de la commune de Selembao, le procès public délocalisé de Kamerhe Lwa Kanyiginyi Nkingi dit Vital.

Sur demande de son parti politique, l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), les audiences seront retransmis en direct par sa chaîne de télévision privée Canal Future. Une première qui pourra se révéler un couteau à double tranchant pour lui malgré sa présomption d’innocence. Car, la publicité recherchée pour prouver de l’innocence de son leader peut se retourner contre lui au moment où la sérénité de débat ne sera pas au rendez-vous.

 Allié de Félix Tshisekedi au sein de la coalition Cap pour le Changement (CACH) et Directeur de Cabinet du chef de l’Etat non démissionnaire malgré ses démêlés judiciaires, il lui est reproché plusieurs griefs entre autres la corruption et les détournements de deniers publics dans le cadre du Programme des 100 jours du président de la République lancé le 02 mars 2019.

Présumé innocent, Kamerhe (61 ans) se trouve détenu préventivement à Makala depuis le 8 avril 2020 ; la justice congolaise ayant refusé d’accéder à ses demandes de libération provisoire après la fuite de son neveu Daniel Shangalume Nkingi dit Massaro invité pour être entendu dans le même dossier.

Lire aussi : RDC-JUSTICE : En cavale, Shangalume Nkingi dit « Massaro » recherché par tous les Services https://www.afriwave.com/2020/04/18/rdc-justice-en-cavale-shangalume-nkingi-dit-massaro-recherche-par-tous-les-services/

 Dans le boxe des accusés et face aux juges du Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe, Kamerhe ne sera pas seul mais en compagnie de deux coaccusés ; le libanais Samih Jammal (79 ans), lui aussi incarcéré à Makala et un fonctionnaire de l’Etat chargé de l’import/export à la Présidence de la République Jeannot Muhima Ndoole (50 ans), également poursuivi dans cette affaire, mais laissé en liberté. Si les accusés étaient jugés coupables, ils risquent de 1 à 21 ans de travaux forcés, la suppression de leurs droits d’éligibilité et l’interdiction d’accès à la fonction publique.

Selon les pièces judiciaires du Procureur, entre mars 2019 et janvier 20020 ; deux sociétés appartenant au même libanais, Samibo Sarl et Husmal Sarl auraient détournés 48.831.148 dollars pour la première et entre août et septembre 2019 ; 2.137.000 dollars pour la deuxième.

Ces sommes concernant la construction et la livraison notamment de deux lots des maisons préfabriquées de 1500 et 3000 unités en faveur des militaires et à des policiers. Enfin, le 21 août 2019, 1.154.800 dollars, destinés à payer le dédouanement de containers du matériel pour ces constructions, auraient été détournés également.

Outre les détournements, le libanais Samih Jammal est aussi accusé, à titre personnel, de blanchiment de capitaux pour avoir « intentionnellement déguisé ou dissimulé l’origine de la somme détournée » en transférant une partie de celle-ci dans son pays le Liban par des canaux informels.

Mais aussi de corruption de fonctionnaire pour avoir octroyé à Vital Kamerhe, par l’intermédiaire de Soraya Mpiana -fille de JB Mpiana et de son épouse, Hamida Chatur- ; une partie de sa concession située à Ngaliema, afin d’obtenir que le directeur de cabinet du Président octroie les marchés de construction des maisons à ses sociétés.

Pour cette inculpation, il encourt 15 ans de prison et une amende. Quant à ce qui est du blanchissement, il risque 5 à 10 ans de prison et une amende pouvant atteindre jusqu’à six fois la somme détournée malgré ses menaces de se suicider en prison s’il n’est pas libéré.

Dans l’ensemble, s’ils sont reconnus coupables à la fin du procès, les coaccusés risquent de 1 à 21 ans de travaux forcés, la suppression de leurs droits d’éligibilité et l’interdiction d’accès à la fonction publique.

Un dossier à suivre…

Thaddée Luaba Wa Ba Mabungi

print

Partagez

shares