home Politique, RD Congo MANIEMA : Sur injonction rebelle « Maï-Maï Malaïka », Salamabila se vide de sa population

MANIEMA : Sur injonction rebelle « Maï-Maï Malaïka », Salamabila se vide de sa population

C’est un mouvement de marche « d’exode forcé » que subit depuis quelques heures les habitants du village de Salamabila en territoire de Kabambare sur les routes de Kasongo, Matchapano et Matongo en vue de trouver un semblant de sécurité.

Et pour cause, les menaces du chef milicien Maï-Maï Malaïka Cheikh Hassan Uzaifa Mitende aussi connu sous le nom d’Assani qui défie et nargue les autorités comme la population en province du Maniema. Dans un tract lancé le 16 janvier 2020, le chef rebelle demande à la « population de cette commune de vider le lieu et d’évacuer les enfants et leurs maigres biens afin d’échapper au risque qui s’annonce ».

« Opération Retour. Pour le bien de la communauté, et l’amour que j’ai pour vous mes frères, je vous demande de vider ce milieu. Je me prépare pour venir me venger. Dieu seul sait ce qui surviendra après. C’est vraiment par amour pour vous que je vous demander de quitter Salamabila. Vous, vos enfants et tous vos biens. Les balles quand on les lâche, elles ne choisissent pas qui atteindre » pouvait-on lire sur des tracts affichés ci et là.

Que revendique ce chef milicien ?

Tout au début, le chef milicien revendiquait une partie « des collines où la société canadienne Banro exploite de l’or. Curieusement depuis un mois, les hommes du chef milicien traversent leur territoire où se trouvent les collines des mines d’or pour un autre territoire en faisant leur loi, exigeant taxes et autres au vu et au su des autorités » explique un membre de la Société civile sous couvert d’anonymat.

Sans preuve aucune, des rumeurs parlent de l’instrumentalisation d’Assani par certains fils de leur territoire, le nom d’Emmanuel Ramazani Shadary serait cité.

A lire aussi : Maniema : L’otage des miliciens Maï-Maï Malaïka, le Sud-africain Philippe Botha libéré https://www.afriwave.com/2019/09/05/maniema-lotage-des-miliciens-mai-mai-malaika-le-sud-africain-philippe-botha-libere/

Face aux velléités répétées de Cheick Hassan (Assani), c’est un autre ancien chef Maï-Maï depuis 2003 devenu colonel FARDC et originaire du territoire de Kasongo qui a décidé de l’affronter. Des violents combats entre FARDC et miliciens étant signalés à Karomo-Kibwana non loin de Kipaka.

Thaddée Luaba Wa Ba Mabungi

print

Partagez

shares