home Politique, RD Congo, Société RDC : Martin Fayulu, sa « danse » de déni et des négociations ratées avant l’implosion de Lamuka !

RDC : Martin Fayulu, sa « danse » de déni et des négociations ratées avant l’implosion de Lamuka !

Bien qu’on en parlait déjà depuis avril 2019, la publication concomitante de son document « Proposition de sortie de crise » et son addendum, l’ancien candidat malheureux à la présidentielle de décembre 2018 Martin Fayulu a continué  sa « danse » de déni. Protestant de jour contre la victoire de son concurrent Félix Tshisekedi, l’homme négociait pour une participation au même pouvoir.

Pour celui qui n’avait cessé de réclamer la « vérité des urnes », il voudrait ainsi la mise en place d’un organe taillé à sa mesure et qu’il compte diriger en personne dénommé le « Haut Conseil National des Réformes Institutionnelles (HCNRI) » qui se « chargera des reformes à opérer notamment dans les domaines de la Commission électorale, la Cour constitutionnelle (pouvoir judiciaire), la Défense et Sécurité, la Gouvernance (lutte contre la corruption) et les Droits humains ».

Comme une utopie et en croyant toujours peut-être en sa bonne « étoile », il propose « d’organiser des nouvelles élections générales ouvertes à tout le monde  » à tous les échelons alors que le pays ne peut se le permettre pour le moment.  Dans l’entretemps, il veut codiriger le pays à côté de celui dont il contestait encore vaillamment hier la victoire : « Pendant cette période des reformes allant de 12 à 18 mois, Mr Félix Tshisekedi et Mr Martin Fayulu dirigera le HCNRI ».

Lamuka ; quel avenir ?

La coallition Lamuka qui devrait se muer en une plateforme politique a-t-elle encore un avenir se demande l’opinion tellement que ses leaders prennent leurs distances. Après Kyungu Wa Kumwanza , Mbusa Nyamwuisi, c’est autour de Franck Diongo et Jean-Claude Mvuemba de se desolidariser de Martin Fayulu ; Katumbi ayant fait le choix d’une « opposition republicaine » face à Félix Tshisekedi.  Une implosion finale programmée se profilant  à l’horizon à cause d’un « positionnement egoiste »  de  Martin Fayulu et son compère Adolphe Muzito commente anonymement un cadre de cette coallition. 

Lire aussi : RDC : Mbusa Nyamwisi prend ses « distances » avec Lamuka et rallie le chef de l’Etat https://www.afriwave.com/2019/06/22/rdc-mbusa-nyamwisi-prend-ses-distances-avec-lamuka-et-rallie-le-chef-de-letat/

Se sentant presque seul et à bout de souffle après  plusieurs sorties ratées, Fayulu désigne de droit ses deux frères pour le seconder dans sa future tâche qui ne viendra peut-être jamais : « Je propose d’avoir comme adjoints Mr Matungulu Freddy et Mr Muzito Adolphe qui sont prêts à contribuer activement à la réussite de cette institution car ayant travaillé avec le régime sortant et connaissant les points et les éléments à attaquer pour avoir des fortes reformes dans le domaine de la gouvernance, surtout la corruption » écrit-il dans un deuxième document daté du 12 mai 2019.  

Fayulu manque tout de même la franchise de souligner que Bemba a travaillé avec Kabila de 2003 à 2006 comme l’un de quatre vice-présidents et que Moïse Katumbi fut pendant 10 ans gouverneur du Katanga sous le même Kabila.

Avec Muzito et Matungulu qui n’ont aucun poids politique dans le pays, Fayulu s’accroche encore à Jean-Pierre Bemba qui semble aussi se faire sa raison pour sa propre existence politique après dix ans de prison à la Cour Pénale Internationale (CPI) dans le dossier centrafricain.

En « zappant » carrément ses autres co-leaders de la plateforme Lamuka qui ont fait de lui ce qu’il est aujourd’hui et en premier Moïse Katumbi, les proches de ce dernier comme Olivier Kamitatu et Francis Kalombo n’ont pas attendu pour dégainer.

Thaddée Luaba Wa Ba Mabungi

print

Partagez

shares