home Politique, RD Congo RDC : Union Sacrée de la Nation, quid d’une cacophonie entretenue ?

RDC : Union Sacrée de la Nation, quid d’une cacophonie entretenue ?

Depuis des semaines déjà, c’est une véritable cacophonie entretenue qui secoue l’idée même de l’Union Sacrée de la Nation (USN) voulue par le Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi pour sauver ce qui reste encore de la gestion du pays. Certes pour l’instant, beaucoup se sentent appelés par la nouvelle donne politique ; question de sauver leur tête qu’une réelle volonté de changement tant attendue.

L’entente entre Jean-Pierre Bemba (MLC), Moïse Katumbi (Ensemble pour la République) et le Président Tshisekedi (UPDS par l’entremise de Jean-Marc Kabund) s’éloignant chaque jour pour des incompréhensions inutiles.

Alors que les chefs n’ont fait aucune déclaration officielle, ce sont les « lieutenants » qui se pendent dans les médias avec des propos parfois démotivants sur l’avenir même de l’Union Sacrée de la Nation qui n’est pas encore née.  Le … étant la répartition des responsabilités au sein de la nouvelle majorité à venir pour la gestion du pays en attendant 2023 et la fin du mandat de Tshisekedi.

Au niveau de l’Assemblée nationale, l’identification de la nouvelle majorité parlementaire après la chute de l’ancien Bureau FCC de Mabunda reste hypothétique. L’informateur Modeste Bahati nommé à ce sujet peinant à rentrer dans le vif de son travail malgré quelques rencontres avec des groupes d’élus dans son QG de l’Hôtel du Fleuve.

Pendant ce temps, les plénières pour vider l’ordre du jour de la Session extraordinaire du parlement sont reportées de jour en jour sans qu’on en sache la cause réelle. La date de la fin de ladite session en début février arrivant à grande vitesse.

Il y aussi cette offensive du FCC ou ce qui en reste qui ne veut pas mourir contre le Bureau des âges en multipliant manœuvres, troubles… Mais aussi cette indiscipline constatée des « honorables » députés qui semblent plus dépendre de leurs plateformes électorales que de la Nation pour laquelle ils avaient été élus.

Aussi, certains passent-ils le grand de leur temps à faire des déclarations parfois contradictoires dans des médias, question de faire monter la « surenchère ». On ne peut non plus négliger le travail de « sape » de ces « armées numériques » au service des tendances qui distillent à longueur des jour nées leur « venin » de chantage, d’infox ; question de plaire et se faire remarquer pour le futur…

Et le FCC dans la danse…

Le grand danger pour le pays demeure le FCC d’hier et contrairement au mobutisme, reste déterminé à ne pas mourir. La preuve, cette autre confusion avec l’arrivée inattendue et peut-être tactique au sein de l’Union Sacrée de la Nation de certains caciques du Front Commun pour le Congo de Kabila, question d’infiltrer de l’intérieur pour la détruire un jour après. Si non, comment comprendre les propos de Lambert Mende Omalanga, cacique parmi les caciques qui continue de « clamer son appartenance au FCC de Kabila » tout en disant « adhérer à l’Union Sacrée de la Nation pour accompagner le Président de la République sur recommandation du même Joseph Kabila ».  

Ne revient-il pas au Chef de l’Etat de prendre les choses à vif pour mette fin à cette cacophonie ? Car pendant ce temps, la dégringolade de la situation du pays se poursuit sur fond d’un marasme économique sans précèdent et de la pandémie de Covid-19.

Le salut tant attendu y dépend, c’est ma mauvaise foi de ce matin et personne n’est obligé de me croire !

Thaddée Luaba Wa Ba Mabungi

print

Partagez

shares