home Politique, RD Congo RDC : Le G13 et les Réformes Électorales, des conclusions attendues incessamment [Claudel LUBAYA]

RDC : Le G13 et les Réformes Électorales, des conclusions attendues incessamment [Claudel LUBAYA]

Près de deux mois depuis son lancement, l’initiative du G13 et son « Appel pour un consensus sur les réformes électorales » ; le Groupe des treize personnalités politiques et de la Société civile s’apprête à présenter les conclusions de ses différentes rencontres ainsi que ses propositions.

Du Président de la République Félix Tshisekedi en personne aux personnalités de la coalition au pouvoir en passant par les clergés, des opposants et aux membres de la Société civile ; tous ont été consultés sur les réformes électorales à venir et qui demeurent un impératif pour consolider la démocratie et rendre légitime les institutions.

Pour Claudel Lubaya, député national élu de Kananga au Kasaï Central et un des initiateurs de cet appel du 11 juillet 2020 : « Les avancées obtenues durant nos consultations qui se poursuivent devront constituer la rampe de lancement vers un consensus sur les options essentielles de la réforme du cadre régulateur de notre gouvernance électorale ».

Sur le « Forum du Consensus sur la Réforme Électorale Efficiente en RDC » qui devrait se tenir au Centre Interdiocésain catholique de Kinshasa du 24 au 31 août 2020 sur initiative de l’Université belge de Liège avec son professeur Bob Kabamba, Claudel Lubaya estime « qu’il n’a pas remis en cause l’initiative du G13 sur la recherche du consensus national » qui demeure une question congolo-congolaise. Son arrêt subitement est une preuve que les solutions venues de l’étranger ne s’adapteront jamais à ce pays.

Lire aussi : RDC : L’intrusion de l’Université belge de Liège dans le système politique congolais inacceptable https://www.afriwave.com/2020/08/25/rdc-lintrusion-de-luniversite-belge-de-liege-dans-le-systeme-politique-congolais-inacceptable/      

Pour le G13 qui ne revendique « ni le monopole, encore moins l’exclusivité de la construction du consensus », le fait que d’autres acteurs y compris ceux extérieurs « nous aient emboîté le pas est la preuve de l’existence même d’une crise à laquelle une réponse doit être donnée ».

Roger DIKU et Thaddée Luaba Wa Ba Mabungi

print

Partagez

shares