home Centrafrique, Diaspora, Politique MONS : Le président F-A. Touadera plaide pour « l’Expertise » et les « Investissements » privés belges hennuyers en Centrafrique

MONS : Le président F-A. Touadera plaide pour « l’Expertise » et les « Investissements » privés belges hennuyers en Centrafrique

C’est au pas de charge que le chef de l’Etat centrafricain Faustin-Archange Touadera de passage en Belgique a visité la province de Hainaut ce vendredi 21 février 2020 sur invitation du Gouverneur de Tommy Leclercq.

Deux entreprises hennuyères familiales étaient à l’ordre du jours de la visite dans la région du Centre, Roosens Béton à Seneffe et Wanty à Péronnes-Lez-Binche. Spécialisées toutes deux dans les gros œuvres et matériaux de constructions et d’infrastructures, ces deux entreprises offrent des services pour les institutionnels, les professionnels comme les particuliers.

Il en va ainsi des matériaux en béton destinés aux gros œuvres et aux fondations jusqu’aux finitions des constructions pour les professionnels et les particuliers chez Roosens Béton et des travaux d’infrastructures (voirie, déconstruction, génie civil, terrassement, promotion immobilière, ouvrages d’art) pour le public que le privé chez Wanty.

Chez Roosens Béton, une entreprise qui se dit « innovante et éco-responsable » en production de béton déjà présente dans certains pays africains (Maroc, Tunisie, Côte d’Ivoire, Cameroun, Gabon et RDC), le président Touadera s’est intéressé au concept Micro-Usine nomade en containers. Un dispositif composé de presses permettant la fabrication de produits en béton offrant un déploiement industriel local sur chantier et de moindre coût.

Mais aussi au « Stabobric clivée et Stabobloc », ces briques munis de nervures de stabilisation et qui permettent un dosage automatique du mortier, une diminution des mouvements de l’ouvrier-maçon dans la manipulation pour une construction très rapide des murs de grande hauteur » selon les dirigeants de l’entreprise.

A Roosens Béton, le Gouverneur du Hainaut Tommy Leclercq avait été rejoint par un membre du gouvernement fédéral en affaires courantes Denis Ducarme. Membre du Mouvement Réformateur (MR), il a en charge le ministère des Classes moyennes, des Indépendants, des PME, de l’Agriculture et de l’Intégration sociale au sein du gouvernement Sophie Wilmès.

Bien qu’évoluant presque dans le même domaine lié à la construction, chez Wanty ce fut une autre découverte pour le chef de l’Etat centrafricain. Celle de la « maîtrise de l’ensemble des métiers liés aux travaux de voirie et d’infrastructures », notamment avec une spécialité dans la « déconstruction-démantèlement, dépollution et remise en valeur ».

La rencontre des chefs d’entreprise du Hainaut

C’est à « La Maison de la Réunion » sur la rue du même nom à côté de La Collégiale Sainte-Waudru de Mons que la délégation officielle centrafricaine s’est rendue avant la fin de la matinée pour une communication du président Touadera « à l’occasion d’un déjeuner-conférence organisé par le Business Club du Cercle de La Réunion en présence d’une centaine d’entrepreneurs ».

Faustin-Archange Touadera a rencontré vendredi plusieurs chefs d’entreprise de la province du Hainaut, à l’invitation du gouverneur, Tommy Leclercq qui aura été un véritable VRP de sa province.

Ayant misé sur la « réconciliation » et la « reconstruction » de son pays après des moments difficiles, Touadera a plaidé pour une « expertise » et les « investissements privés belges » de Hainaut dans son pays dans le cadre de sa politique de développement depuis le retour de l’ordre constitutionnel avec son élection : « nous mobilisons les énergies nationale et internationale pour que la nation se redresse » a-t-il déclaré.

« Pays totalement enclavé, la Centrafrique offre pourtant des possibilités selon son président dans les domaines de l’agriculture, les mines, la foret » et tant d’autres domaines pouvant faire partie des partenariats public-privé selon Faustin-Archange Touadera. 

« La République centrafricaine sort d’une période de crise nous sommes en train de retrouver de la stabilité et la paix. Aujourd’hui, nous pensons que l’origine de la crise a été due à un manque de développement. Notre vision est de concrétiser le potentiel de notre pays, le secteur privé peut créer de la richesse et donner de l’emploi à la jeunesse » a poursuivi l chef de l’Eta centrafricain. Enfin, il a sur la normalisation du « climat des affaires » en marche pour attirer autant d’investisseurs dans son pays.

Cette rencontre ayant pour objectif de « favoriser le networking et les relations B2B entre les entrepreneurs hennuyers et la République Centrafricaine » a permis de nouer de nombreux contacts. Le président Touadera s’est notamment entretenu avec les responsables de l’Académie de police de Jurbise, ceux de l’Université de Mons-Hainaut (UMH) mais aussi avec le CEO de l’aéroport de Bruxelles South Charleroi, Philippe Verdonck.

Ce qui n’a pas manqué de faire rêver le gouverneur du Hainaut : « N’oublions pas qu’en 2021, la piste de l’aéroport de Charleroi sera allongée et que l’aéroport pourra accueillir des vols longs courriers. Bangui, la capitale de la République centrafricaine, serait une formidable destination », a souligné Tommy Leclercq.

Roger DIKU pour AFRIWAVE.COM à Mons

print

Partagez

shares