home Culture & Société, RD Congo RDC-DIASPORA : « La Guerre n’est pas un Jeu d’Enfants (Vita Siyo Muchezo Ya Watoto) », une comédie musicale engagée qui interpelle

RDC-DIASPORA : « La Guerre n’est pas un Jeu d’Enfants (Vita Siyo Muchezo Ya Watoto) », une comédie musicale engagée qui interpelle

Ils sont plus d’une vingtaine des personnes à battre le plancher dans la rue comme dans les salles de spectacle belges. Eux, ce sont les comédiens amateurs et professionnels en tournée en Belgique du 20 novembre au 16 décembre 2019 courant dans une pièce au titre évocateur et interpellant à la fois : « La Guerre n’est pas un Jeu d’Enfants ou Vita Siyo Muchezo Ya Watoto » en swahili.

Cette comédie musicale sur les enfants-soldats et l’industrie de la paix n’en n’est pas moins engagée et enragée. Elle dénonce ainsi « l’exploitation des enfants dans une société postcoloniale sous les yeux voilés de nos ONG européennes et d’ailleurs » dit la créatrice et metteure en scène Frédérique Lecomte.

« Vita Siyo Muchezo Ya Watoto », cette pièce de théâtre populaire met en scène des acteurs et actrices d’horizons différents : neuf acteurs belges, trois acteurs et un musicien originaires du Congo dont la Kinoise Do Nsosome  Dora, poétesse, slameuse, et aussi photographe à ses heures perdues.

Mais également un burundais auxquels se mêle dix femmes et hommes demandeurs d’asiles résidant en Belgique. Tout ce beau monde souhaiterait écrire « une nouvelle histoire sur l’humanité dans un monde débordant de contradictions, d’intérêts opposés et de doutes, et ce sans craindre d’aborder des sujets tabous ».

Burlesque et ironique, c’est un moment « joyeux, débridé, désordonné, conflictuel, chaotique, musical, ironique, chanté, sincère, naïf, transparent, premier degré, dialectique et révolutionnaire » dixit la Directrice artistique de la compagnie Théâtre & Réconciliation, créatrice et metteure en scène Frédérique Lecomte.

 Si la première de Vita Siyo Muchezo Ya Watoto (La Guerre n’est pas un Jeu d’Enfants) a été présenté à sept reprises, à Goma et dans les environs, en plein air, devant des centaines de spectateurs n’est pas un hasard.  C’est de cette province qu’est parti le phénomène de recrutement des « enfants soldats dit Kadogo » par des rebellions et autres milices qui ensanglantent l’Est du Congo depuis plus de 20 ans dans une indifférence coupable généralisée.

Les thèmes abordés dans cette pièce reflètent les problèmes subis quotidiennement à l’Est du Congo à savoir l’interminable guerre, les viols et la pauvreté. Mais l’on y évoque aussi les questions de Droits de l’Homme, des migrations, de l’aide humanitaire avec ses mesures et ses impacts sans oublier l’exploitation et le pillage des ressources naturelles du Congo à la base de tous les malheurs.

Frédérique Lecomte avec « Théâtre et Réconciliation », sa compagnie ; s’interrogent  sur ces ONG occidentales qui prolifèrent comme des petits pains et qui prétendent amener avec elles la paix, la démocratie et la bonne gouvernance… Mais aussi et surtout sur ces enfants soldats, de jeunes hommes et femmes enrôlés dans les groupes armés ; qui se battent dans d’improbables conflits, qui ne savent pas vraiment ce qu’ils font là, ni pour qui ni pour quoi.

Elle dénonce aussi cette exploitation honteuse de mêmes enfants qui creusent dans les mines sans toucher le bénéfice de ce travail de parias. Prétendant amener la paix, la démocratie et la bonne gouvernance, la question finale restant celle de savoir à qui cela bénéficie-t-il concrètement ?

Il ne faut pas perdre de vue que « l’aide internationale au développement brasse des millions, mais qui aide qui finalement. Il faudra bien mettre le doigt, après l’énormité coloniale, sur cette autre énormité, post coloniale… et oui, ça dure encore » explique Frédérique Lecomte.

Cette troupe était de passage dans la ville de Mons au Théâtre Le Manège Mons les 27 et 28 du mois de novembre 2019 dernier.

Distribution

METTEUR EN SCÈNE : Frédérique Lecomte

MUSIQUE : Jean Claude Minani

AVEC : Léonard Berthet-Rivière, Jean Coërs, Valentijn Dhaenens, Emilienne Flagothier, Jean Marie Kabanza, Patricia Kargbo, Jean Claude Minani, Prosper Nduwayo, Do Nsoseme Dora, Marie-Charlotte Siokos, Bibi Van Lieshout, Eva Zingaro-Meyer. DRC Jonathan Baibonge Mulwa, Elia Baibonge, Mapendo Bazungu Martha, Kidume Dieumerci, Deborah Kahindo, Bushiri Kalume Mande, Cecile Kavira, Brave Kilonfu Mulengetsi, Ishara Maboko, François Misangu Byemba, Prix d’Achat Muhindo Kamate, Lebon Mumbere Karasisi, Maisha Mustafa, Shukuru Nadinne, Yves Ndagano, Aron Ndoole, Baraka Neema, Rebecca Neema, Marie Louise Sekabogo Banganya, Boyd Stout, Elie Syauswa Phinée, Ezechiel Tumaini Bitaraka, Albert Ushindi Lumoo, Fiston Wilondja Byamungu BXL Mohammed Almafrachi, Sekou Coumbassa, Ewout D’Hoore, Hadjiratou Diallo, Ousmane Diallo, Anne Kilubusha-Banakayi, Mariam Kourouma, Koné Oulaymatou, Sonia Byby Sona, Bintou Touré, Aissé Traoré

DRAMATURGIE : Ewout D’Hoore, Yves Wellens, Kristin Rogghe

SCENOGRAPHIE & COSTUMES : Christine Mobers

CONFECTION COSTUMES : Divin Efsiba, Marion Galisson

CONCEPTION LUMIÈRE : Mohammed Sultan Daaboul

ASSISTANCE MISE EN SCÈNE RDC : Juliette Damien

DIRECTEUR DE PRODUCTION : Miek Scheers, Tamara Gullentops

TECHNIQUE : Steven Brys, Patrick Van Neck

LOGISTIQUE RDC : Claude Amini, Papy Chimalamungo Miruho

TRADUCTION RDC : Jean Marie Kabanza, Prosper Nduwayo

PHOTOGRAPHIE : Véronique Vercheval

PRODUCTION : Théâtre & Réconciliation, KVS

EN COLLABORATION AVEC : Centre Des Arts Scéniques, Ret International – Goma, Ritcs, ENSAV La Cambre, Fedasil, Central, Médecins du Monde

AVEC LE SOUTIEN DE : The Brussels Capital Region, WBI, Fédération Wallonie-Bruxelles, Service des Arts de le Scène de la Province du Hainaut

Roger DIKU à Bruxelles

print

Partagez

shares