home Centrafrique, Politique, RD Congo RDC : Affaire « subornation des témoins », la CPI confirme la condamnation de Jean-Pierre Bemba

RDC : Affaire « subornation des témoins », la CPI confirme la condamnation de Jean-Pierre Bemba

« Un an de prison ferme et une amende de 300.000 euros », telle est la décision de La  Chambre d’appel de la Cour pénale internationale (CPI) rendu le 27 novembre 2019 à l’encontre de Jean-Pierre Bemba Gombo dans le cadre de l’affaire connexe dite de « subornation des témoins » qui l’opposait à la Procureur Ben Souda.

L’ancien vice-président congolais et leader du Mouvement pour la Libération du Congo (MLC) avait été condamné en mars 2017. Déjà confirmée en appel en mars 2018, la Chambre d’appel de la Cour pénale internationale (CPI) a rejeté la demande de fixation d’une nouvelle peine dans son arrêt du 27 novembre 2019.

La même confirmation des peines s’applique donc pour ses coaccusés dont ses anciens défenseurs Aimé Kilolo Musamba et Jean-Jacques Mangenda Kabongo, le député de son parti, le Mouvement de Libération du Congo (MLC) et proche collaborateur, Fidèle Babala Wandu, ainsi que le témoin de la défense, Narcisse Arido.

Déclarés coupables « d’atteintes à l’administration de la justice pour avoir intentionnellement suborné des témoins et sollicité la présentation de faux témoignages par des témoins devant la CPI »,  il est reproché aux cinq hommes « Faux témoignages » de la défense dans le cadre de l’affaire principale visant Jean‑Pierre Bemba devant la CPI ».

Jean-Pierre Bemba, qui a passé dix années en détention, a d’ores et déjà purgé sa peine d’un an et ne retournera donc pas en de prison. De même pour les coaccusés dont « la Chambre a ordonné que soit déduit de ces peines le temps déjà passé en détention sur ordre de la Cour et a par conséquent considéré que les peines d’emprisonnement avaient été purgées ».

Par contre, les amendes dues soit 300.000 euros pour Bemba et 30.000 euros pour Kilolo devront être « verser à la Cour dans un délai de 3 mois à compter de la décision et seront ensuite transférées au Fonds au profit des victimes » selon le communiqué de La Cour.

A lire aussi : RDC : Jean-Pierre Bemba Gombo réclame plus de 68 millions d’Euros de dédommagement à la CPI https://www.afriwave.com/2019/03/11/rdc-jean-pierre-bemba-gombo-reclame-plus-de-68-millions-deuros-de-dedommagement-a-la-cpi/

Cette ultime décision met ainsi fin à la saga d’une affaire pour laquelle l’homme politique congolais aura passé 10 ans en prison à La Haye dans l’affaire dite de « Centrafrique ».

D’abord condamné par la CPI à 18 ans de prison après avoir été reconnu coupable, en mars 2016, des charges de « crimes de guerre et contre l’humanité », pour les exactions commises en Centrafrique entre octobre 2002 et mars 2003 par les hommes des troupes de sa rébellion du MLC ; il avait été acquitté, le 8 juin 2018, sur décision de la chambre d’appel de la CPI.

A lire aussi : URGENT-RDC : Affaire CPI Vs Jean-Pierre Bemba, Un Acquittement prononcé en sa faveur https://www.afriwave.com/2018/06/08/urgent-rdc-affaire-cpi-vs-jean-pierre-bemba-un-acquittement-prononce-en-sa-faveur/

Bemba dont la candidature à la présidentielle de 2018 avait été rejetée pour cause de cette condamnation saura-t-il rebondir politiquement comme on le pensait ? Membre de la coalition Lamuka, Bemba s’était rangé avec Moïse Katumbi derrière la candidature de Martin Fayulu dont ils  semblent de plus en plus prendre de distance.

Communiqué de presse : 27 Novembre 2019

Affaire Bemba et al. : La Chambre d’appel de la CPI confirme la décision portant fixation des peines

ICC-CPI-20191127–PR1500

Le 27 novembre 2019, la Chambre d’appel de la Cour pénale internationale (« CPI » ou « la Cour »), a rendu son arrêt dans l’appel de M. Jean-Pierre Bemba Gombo contre la Décision portant fixation d’une nouvelle peine pour Jean-Pierre Bemba Gombo, Aimé Kilolo Musamba et Jean-Jacques Mangenda Kabongo de la Chambre de première instance VII du 17 septembre 2018. La Chambre d’appel a rejeté les trois moyens d’appel de M. Bemba et confirmé la décision portant fixation des nouvelles peines.

La Chambre d’appel a conclu que la Chambre de première instance n’avait pas manqué de se conformer à ses instructions concernant la fixation des nouvelles peines, n’avait commis aucune erreur de droit ou de fait et n’avait pas imposé de peine disproportionnée. La Chambre d’appel a également noté que M. Bemba n’avait démontré aucune violation de ses droits. Enfin, concernant les arguments de la Défense relatifs à la décision de la Cour constitutionnelle de la République démocratique du Congo, la Chambre d’appel de la CPI a estimé que cette décision avait une portée différente et que la Chambre de première instance avait donc correctement conclu que la Cour n’avait pas à intervenir dans les procédures électorales nationales de la RDC.

Judgment on the appeal of Mr Jean-Pierre Bemba Gombo against the Decision of Trial Chamber VII of 17 September 2018 entitled ‘Decision Re-sentencing Mr Jean-Pierre Bemba Gombo, Mr Aimé Kilolo Musamba and Mr Jean-Jacques Mangenda Kabongo’

Contexte: Le 19 octobre 2016, Jean‑Pierre Bemba Gombo, Aimé Kilolo Musamba, Jean‑Jacques Mangenda Kabongo, Fidèle Babala Wandu et Narcisse Arido ont été déclarés coupables d’atteintes à l’administration de la justice pour avoir intentionnellement suborné des témoins et sollicité la présentation de faux témoignage par des témoins de la Défense dans le cadre de l’autre affaire visant Jean‑Pierre Bemba devant la CPI. Les condamnations et acquittements concernant les cinq accusés sont désormais définitifs.

Le 22 mars 2017, la Chambre de première instance VII a prononcé les peines dans cette affaire. Le 8 mars 2018, la Chambre d’appel a annulé les peines initialement fixées à l’encontre de Jean-Pierre Bemba Gombo, Aimé Kilolo Musamba et Jean-Jacques Mangenda Kabongo et renvoyé la question pour réexamen devant la Chambre de première instance VII. Le 17 septembre 2018, la Chambre de première instance VII a rendu sa décision portant fixation des nouvelles peines.

Dans sa dernière décision, la Chambre de première instance VII a condamné M. Bemba à un an d’emprisonnement ainsi qu’à une amende de 300 000 euros. M. Kilolo et M. Mangenda ont chacun été condamnés à une peine totale de 11 mois d’emprisonnement. M. Kilolo a également reçu une amende de 30 000 euros. La Chambre a ordonné que soit déduit de ces peines le temps déjà passé en détention sur ordre de la Cour et a par conséquent considéré que les peines d’emprisonnement avaient été purgées. Les amendes seront à verser à la Cour dans un délai de 3 mois à compter de la décision et seront ensuite transférées au Fonds au profit des victimes.

Le 18 octobre 2018, la Défense de M. Bemba a fait appel de cette décision et l’appel a été déposé le 17 décembre 2018. La Chambre d’appel a tenu une audience le 4 septembre 2019 afin d’entendre les arguments des parties dans cet appel.

Document à lire sur : Affaire Bemba et al. : La Chambre d’appel de la CPI confirme la décision portant fixation des peines https://www.icc-cpi.int/Pages/item.aspx?name=PR1500&ln=fr

Roger DIKU et Thaddée Luaba Wa Ba Mabungi à Bruxelles et Kinshasa

print

Partagez

shares