home Politique, RD Congo, Rwanda, Société SÉCURITÉ : Offensive des FARDC, découverte d’une cache d’armes enfouie sous une colline

SÉCURITÉ : Offensive des FARDC, découverte d’une cache d’armes enfouie sous une colline

L’offensive des Forces Armées congolaises (FARDC) contre « les miliciens ADF ougandais » et « les groupes armés satellites » en territoire de Beni se poursuit.

Le tout premier bilan des opérations annonce la neutralisation de 25 rebelles, 7 soldats des FARDC tombés au front et la reconquête d’une série des positions et villages jadis tenus par des milices dont Kididiwe, Masulukwede, Vemba, Kadou et P46.

Ces opérations sont aussi sources des découvertes inattendues : sur la colline de Chanzu, une cache d’armes contenant plus de 300 tonnes de munitions et d’armes lourdes aurait été trouvée.

Apparemment, ces armes qui ne sont jamais arrivées dans les dépôts d’armements des FARDC peuvent être utilisées à une distance de plus au moins 22 km à 30 km selon des sources proches du commandement militaire local et des autorités administratives.

Un nouveau chef des rebelles hutus rwandais tué

Parallèlement à l’offensive militaire des FARDC contre les ADF, une autre lutte se mène contre les forces rebelles rwandaises du FDLR.

Deux mois après la mort de Sylvestre Mudacumura, chef militaire suprême des FDLR visé depuis juillet 2012 par un mandat d’arrêt émis par la Cour pénale internationale (CPI) ; c’est un autre chef historique du groupe rebelle rwandais et un des commandants d’une des factions du RUD (dissident des FDLR) qui a été tué dans le groupement de Binza en forêt de Rutshuru loin de la frontière rwandaise.

Il s’agit de Juvénal Musabimana, un des commandants d’une des factions du RUD (dissident des FDLR) ; connu dans l’Est du Congo sous le nom de « général Jean Michel Africa » qui a été tué samedi 9 novembre 2019 avec quatre de ses gardes du corps : « C’est après un affrontement intense (…) que ce dernier et quatre de ses gardes du corps ont pu être neutralisés. Les opérations se poursuivent dans le territoire du Rutshuru pour éradiquer les groupes armés locaux et étrangers » explique un des porte-parole militaire dans la région, le major Guillaume Ndjike Kaiko.

Clément Wa Mbuyi

print

Partagez

shares