home Politique, RD Congo, Société Kinshasa inondée : Un mélange d’inconscience collective et d’incurie politique

Kinshasa inondée : Un mélange d’inconscience collective et d’incurie politique

Deux fois de suite en moins d’une semaine, le centre administratif de la ville capitale du pays Kinshasa Gombe a été inondé en ce mois d’octobre 2019 après des fortes pluies diluviennes. Et ce, sans compter les quartiers mal famés des communes périphériques victimes de ce phénomène à répétition depuis des années sans qu’aucune solution durable n’y soit apportée.

Trois aspects importants apparaissent dans les causes de ces inondations : des constructions anarchiques sans respect urbanistique, l’extension de la ville, l’absence de toute gestion environnementale.

Ne faudra-t-il pas condamner cette inconscience collective généralisée des nantis qui construisent sans se soucier d’aucune norme d’urbanisation, mais aussi celle de la population en générale qui transforme les lieux publics en dépotoirs à ciel ouvert et l’incurie des politiques qui se sont succédés depuis l’indépendance du pays en 1960 avec un manque d’une vraie politique d’assainissement et de salubrité à Kinshasa.

La spéculation immobilière qui sévit dans la capitale voit des constructions qui surgissent comme des champignons même au-dessus des réseaux d’assainissement si ce ne sont les déchets plastiques qui les bouchent sans que personne ne s’en meuve. Conséquence : à chaque saison de pluie, la troisième mégapole d’Afrique se retrouve sous les eaux.

L’implication du gouvernorat

Comme il n’est jamais trop tard pour agir, le gouvernorat de la ville-capitale semble prendre la mesure du problème au travers d’une série des décisions à prendre dans les jours à venir.

Dans sa ronde de la matinée du samedi 26 octobre 2019 sous la pluie, le Gouverneur de la ville, Gentiny Ngobila Mbaka a fait un constat : « Après avoir sillonné la ville, nous avons constaté que les gens ont construit sur les collecteurs des eaux, sur des égouts, sur des caniveaux. Nous venons d’être sur Socimat. Là, il y a des sujets indiens qui construisent sur le lit de la rivière Gombe. C’est inadmissible ».

Et d’ajouter : « Depuis hier, nous nous sommes d’ailleurs résolus de prendre des décisions qui s’imposeront à tout le monde. Qu’il s’agisse des démolitions ou de déviations des ouvrages de drainage, les congolais doivent s’assumer, parce-que nous ne devons pas continuer à assister à des inondations causant d’énormes dégâts voire des pertes en vies humaines. Les pouvoirs publics en général, le gouvernement central, le gouvernement provincial et la population kinoise doivent s’assumer ».

Reconnaissant la corruption et l’incurie politiques, Ngobila gronde « Tout ceci c’est notre turpitude. Il y a eu des autorisations de bâtir en cascades moyennant quelques sommes d’argent. Et les conséquences sont revenues sur notre visage comme un boomerang. Il est temps de s’assumer et de démolir ».

Une conférence sur la problématique des inondations dans Kinshasa qui sera ouverte par le Chef de l’État Félix Tshisekedi est annoncée.

Thaddée Luaba Wa Ba Mabungi

print

Partagez

shares