home Politique, RD Congo, Société RDC-SOCIETE : Que Mijote le Comité Laïc de Coordination (CLC) [OPINION] ?

RDC-SOCIETE : Que Mijote le Comité Laïc de Coordination (CLC) [OPINION] ?

Par Serge GONTCHO

Alors qu’on le croyait mort et bien mort, voilà que le Comité Laïc de Coordination (CLC) s’exhume pour appeler à manifester contre la corruption.

Mais qu’est-ce que le CLC ? Ses représentants devaient d’abord nous dire la vérité sur ce qu’il est effectivement. Avant les élections, ils avaient disparu de la circulation, recherchés qu’ils étaient par les services de sécurité de Kabila.

En même temps, on les voyait tenir des conférences en plein Matonge sans être inquiétés. Ils ont même organisé des états-généraux ou quelque chose de semblable à Kinshasa tout en étant en clandestinité devant les caméras. Quelle mascarade !

Avec le changement de régime, ils sont sortis de leur clandestinité et chacun est rentré chez soi. Le CLC n’a jamais fait la restitution de son action. D’où sont-ils sortis ? Qui les finançait ? Comment étaient-ils en clandestinité tout en tenant des carrefours en plein Matonge ? Sont-ils réellement catholiques comme ils le prétendent, c-à-d représentent-ils réellement le laïcat catholique ?

Nous savons que le CLC a été sorti du fonds des tiroirs par le Cardinal Monsengwo pour une certaine action sur le pouvoir politique, contre l’avis d’autres évêques. Mais après, le même Cardinal Monsengwo, ou peut-être l’archevêché de Kinshasa a refusé d’ouvrir ses portes au CLC comme autrefois. Pourquoi ? Est-il honnête, comme nous l’avons dans les illustrations de certaines presses occidentales, des images des prêtres catholiques manifestant sous les articles parlant du CLC ?

Nous nous souviendrons que deux membres de ce groupe, Léonie Kandolo et Thierry Nlandu, eux d’authentiques catholiques, avaient pris du recul par rapport au reste du groupe. Pourquoi ? Le CLC ne serait-il plus aujourd’hui qu’un conglomérat de … ?

Croisade anti-corruption, quid ?

Depuis l’élection de Félix Tshisekedi, le CLC avait disparu des radars, chaque membre étant rentré à ses moutons. Mais les revoilà appelant à la croisade contre la corruption. A croire que certains cherchent absolument à créer du désordre pour exister.

Que l’on s’entende, je ne soutiens pas la corruption. Je ne défends pas non plus qui que ce soit dans l’affaire des 15.000.000 (des dollars, NDLR) disparus. Je nous demande seulement pourquoi on ne manifeste pas contre tous les criminels qui siègent au sénat et au parlement, contre ceux qui ont détourné des milliards pour les loger dans des paradis fiscaux, contre les gouverneurs détourneurs patentés, contre ceux qui ont tué Bukanga Lonzo, contre les assassins de Kamwina Nsapu, contre ceux qui ont construit des universités ultra modernes avec de l’argent dont on ne sait pas justifier l’origine…

Soyons sérieux, ce n’est pas avec des discours sur 15.000.000 $ que l’on aura attaqué le problème de la corruption. La corruption doit être étudiée sérieusement avant qu’on prétende y apporter une solution réelle avec les moyens conséquents, et non des gesticulations cosmétiques.

Ce que je dis c’est que le Congo doit résoudre ses problèmes à son propre tempo, et ne pas être dicté par ceux qui financent le CLC et les mouvements citoyens. Nous n’avons pas besoin de voir le pays entrer en ébullition. Les marches du CLC ont provoqué des morts à l’époque de Kabila, et ils semblent que c’était aussi le but poursuivi par les organisateurs, d’avoir des morts pour exercer leur pression sur Kabila. Ces marches avaient quelque chose de provocateur et c’est cynique.

Félix Tshisekedi a un gros défi sur les bras, sa marge de manœuvre est étroite. Il doit manœuvrer avec sagesse, retenue. Il peut même faire des erreurs ; mais on ne jettera pas le bébé avec l’eau du bain. Le peuple congolais doit l’aider, donc s’aider lui-même, à obtenir les changements par la voie démocratique et dans la paix, et cela est largement à notre portée.

Donc, nous appelons le peuple congolais à ne pas répondre à ces appels de manipulation du CLC, mais à s’investir dans un engagement citoyen intelligent pour consolider la démocratie qui s’établit à petits pas. Rome n’a pas été construit en un jour. Le CLC a des agendas cachés.

Serge GONTCHO

print

Partagez

shares