home Eco & Finances, Politique, RD Congo RDC : Affaire « vrai-faux »diamant : Lambert Mende, ses ennuies et la complicité au sommet de l’Etat

RDC : Affaire « vrai-faux »diamant : Lambert Mende, ses ennuies et la complicité au sommet de l’Etat

L’affaire dite du « diamant de Lodja » à la base de la brève interpellation musclée de l’ancien ministre et député national qui a défrayé la chronique la semaine dernière s’est révélé en fin de compte une vraie arnaque au préjudice du pays : la présumée pierre précieuse de 87.040 carats brandit ostensiblement par Lambert Mende et  qui valait des millions des dollars a été changé en un « vulgaire » quartz sans aucune valeur et rendu à ses « propriétaires » sans aucune suite judiciaire.

C’est le Centre d’Expertise, d’Evaluation et de Certification des Substances minérales précieuses et semi-précieuses (CEEC) qui a rendu le verdict en mettant fin le mercredi 22 mai 2019 à l’emballement observé autour de cette trouvaille dans les mines de Lodja après le test opéré sur ladite pierre.

Rappelons que ce fut le dimanche 19 mai 2019 qu’une descente des éléments de l’armée et de la police nationale avait été opéré au domicile du député national et candidat gouverneur dans la province de Sankuru pour s’enquérir de cette pierre précieuse dont les bruits avaient circulés dans la ville. Il s’en était suivi une interpellation musclée de l’ancien ministre et son transfèrement aux services de la police avant qu’il ne soit autorisé à regagner son domicile sur intervention du conseiller spécial du chef de l’Etat en matière de sécurité François Beya.

Un mensonge au sommet de l’Etat

Cette affaire du diamant n’en restera certainement pas là si l’Etat voudrait faire éclater la vérité et rentrer dans ses droits.

Selon un expert en certification et sûreté de diamant de la Miba qui s’est confié à AFRIWAVE.COM, « le vrai diamant est déjà à des milliers de kilomètres du pays » : « Comme dans l’autre affaire du diamant venu de Lodja et dont le propriétaire est mort avec Ngoyi Kasanji, le diamant de Mende ne pouvait être un faux. C’est un vrai diamant qu’on a remplacé par ce quartz afin de le faire passer comme tel avec la complicité du Centre d’Expertise, d’Evaluation et de Certification des Substances minérales précieuses et semi-précieuses (CEEC) et c’est une pratique connue de tous depuis le règne de Kabila à ce jour ».

Pour l’expert de la Miba, « il est facile de confondre Mende et ses acolytes ainsi que la CEEC : à partir de la photo du présumé diamant brandi par Mende et la vilaine copie en quartz remise aux creuseurs et négociants tous des proches de l’ancien ministre, tous les experts démontreront qu’il ne s’agit plus de la même pierre selon la forme et les couleurs ».

L’opinion s’interroge à défaut des gros intérêts mesquins sur le pourquoi et le comment que du ministère de l’Intérieur aux services de la PNC chargés des questions judiciaires, tout le monde pouvait s’giter de la sorte s’il s’agissait évidement d’une fausse pierre précieuse ?

Le Commissaire Général de la Police Nationale Congolaise (PNC), le Général Dieudonné Amuli, allant jusqu’à faire suspendre le Commissaire divisionnaire adjoint Egwake Monga Akambu, OPJ à la Coordination Nationale de la Police Judiciaire /Gombe.

La morale de l’affaire : Mende secoué s’en souviendra…

Quoique le résultat final semble satisfaire Mende qui se prévaut de sa qualité de député national et de son immunité parlementaire en menaçant tout le monde de poursuites, l’homme en est sorti « secouer » moralement et physiquement.

Hagard et ne comprenant pas ce qui lui arrivait, babouches aux pieds ; l’arrogant ancien ministre a senti un tant soit peu ce que les opposants expérimentaient hier encore sous le régime qu’il défendait : « J’ai failli être tué par ceux qui sont venus chez moi dans l’espoir d’avoir le diamant qui n’en était pas un, mais plutôt du quartz. Il doit il y avoir une suite, des actes pénalement répréhensibles ont posés » semble s’indigner Lambert Mende dans un concert de protestations avec ses anciens collègues du gouvernement à l’instar du Dr Kabange Numbi.

« Dès le lendemain du jour où ils ont fait irruption chez moi, j’ai déposé plainte à l’Auditorat Général des FARDC. Ma plainte n’avait rien à voir avec le diamant mais avec les violences que j’ai subies. La procédure judiciaire se poursuit, celle politique au parlement également », poursuit Mende qui pourtant hier encore, justifiait « au nom de la loi » toutes les bavures des forces de sécurité du régime Kabila sur les opposants et autres manifestants pacifiques.

Thaddée Luaba Wa ba Mabungi

print

Partagez

shares