home Politique, RD Congo, Société ÉLECTIONS 2018 : Tirs croisés CENI-FCC contre la CENCO reçue par Kabila

ÉLECTIONS 2018 : Tirs croisés CENI-FCC contre la CENCO reçue par Kabila

Panique à bord. Alors que le pays tout entier attend fiévreusement la publication officielle des résultats provisoires de la présidentielle du 30 décembre 2018 écoulée, ce sont des tirs croisés auxquelles on a assisté cet après-midi à Kinshasa contre la CENCO et particulièrement son SG, l’abbé Donatien Nshole.

 D’un côté la CENI et son président Corneille Nangaa et de l’autre la Majorité Présidentielle par son Front Commun pour le Congo (FCC) par le conseiller diplomatique de Kabila, Barnabé Kikaya Bin Karoubi. Les deux alliés de circonstance accusant l’église catholique de violer systématiquement les dispositions légales relatives à l’organisation des élections dans le pays.

Dans sa lettre avec copie à Joseph Kabila, la CENI « proteste contre la CENCO de proclamation illégale des tendances et résultats des élections par des personnes et organes légalement incompétents pour ce faire ». Nangaa va même loin en accusant l’abbé Nshole « d’intoxication de la population en préparant un soulèvement dont la CENCO sera seule responsable ». Et exigeant par ailleurs un « démenti formel » sur l’annonce présumée du nom du vainqueur de la présidentielle pour « garantir la continuité de bonnes relations qui existent entre la CENI et la CENCO » écrit-il.

Le FCC dans la danse…

De son côté  et au cours de son point de presse tenu le même vendredi 04 janvier 2019, le FCC a condamné ce qu’elle considère comme une « attitude partisane, irresponsable et anarchique de la CENCO et de son SG, l’abbé Donatien Nshole qui viole gravement la Constitution et la loi électorale que la charte de bonne conduite, lesquelles imposent aux parties prenantes de ne pas proclamer lesdits résultats, attribution reconnue à la seule CENI ».

Ce qu’a oublié de mentionner Kikaya ce que la CENCO  n’a fait que « constater que les données à sa disposition, issues des procès-verbaux des bureaux de vote, consacrent le choix d’un candidat comme président de la République ». N’ayant donné aucun nom, elle invite par ailleurs la CENI à « publier en toute responsabilité les résultats des élections dans le respect de la vérité et de la justice ».

La CENCO chez Kabila

C’est dans toute cette agitation qu’une délégation de la CENCO à leur demande et conduite par son SG, l’abbé Donatien Nshole a été reçu en audience par Joseph Kabila en début d’après-midi de ce même vendredi.

Si aucune déclaration n’a été faite par les deux parties, il a été question surement du processus électoral qui se termine avec l’attente de la proclamation des résultats de la présidentielle à laquelle Kabila n’était pas candidat.

Selon des sources, il se dit aussi que comme mercredi 02 janvier 2019 devant plusieurs ambassadeurs occidentaux accrédités à Kinshasa, les évêques auraient informé Kabila du nom du présumé vainqueur selon leurs relevés.

C’est aussi dans ce climat que l’Ambassade des États-Unis à Kinshasa a publié un communiqué recommandant « fortement » à la CENI de ne publier les résultats conformes à la vérité des urnes telle qu’exprimée par les millions de Congolais ce 30 décembre 2018.

Thaddée Luaba Wa Ba Mabungi

print

Partagez

shares