home Eco & Finances, Politique, Régions ANGOLA : Manifestation des femmes vendeuses devant les locaux de la Télévision nationale angolaise à Luanda

ANGOLA : Manifestation des femmes vendeuses devant les locaux de la Télévision nationale angolaise à Luanda

Plus d’une centaines de femmes angolaises vendeuses de rue sont descendues ce matin manifester dans la rue à Luanda Jusqu’au siège de la Télévision nationale Tpa au centre-ville de la capitale angolaise, dans le quartier de Maianga.

Ces femmes s’opposent à la politique des tracasseries du gouvernement qui utilise la police pour les chasser avec une brutalité peu commune des trottoirs qu’elles occupent afin d’exercer le petit commerce ambulant.

En effet, dans son discours il y a 15 jours devant les députés réunis au parlement, João Lourenço qui faisait un état des lieux sur la nation est bel et bien sorti du cadre pour ordonner ex-cathedra au commissaire général de la police « d’effacer » des trottoirs les femmes vendeuses.Il s’en est suivi le jour suivant une véritable razzia policière contre les vendeuses qui s’est soldée par la mort d’une d’entre-elles.

La police doublée de zèle destructeur de suite d’un ordre mal donné par le Chef de l’état ou alors très mal exécuté par les responsables de la police nationale s’est déployé à casser les dépôts dans lesquelles ces femmes gardent leurs marchandises de fortune.

« Tout a été emporté par la police » soutient Mariana, une veuve vendeuse de son état. Joana elle, assise sur le trottoir se demande « comment une police qui a reçu l’ordre de chasser les vendeuses des trottoirs peut se permettre de casser les dépôts de stockage aux petites heures de la matinée ».

Le siège de la Télévision publique a donc été choisi ce matin par ces femmes pour étaler leur état de misère criant et faire entendre leur voix. Scandant des chansons à tue-tête, on peut les entendre crier « a police épargnent les bandits pour s’attaquer aux pauvres femmes ».

VidéoFacebook RadioAngola

Ou encore « Nous sommes des veuves sans ressources ni emploi, nous voulons être embauchée pour travailler dans le palais présidentiel ».

Des signes qui annoncent des éventuelles échauffourées dans les prochains jours au lancement de la fameuse opération Resgate. De sources concordantes, nous apprenons que tout milite déjà pour la suspension de ce déploiement policier.

Pedro Da Conceição.

print

Partagez

shares