home Eco & Finances, Politique, RD Congo Gécamines : Quid de la liquidation organisée du patrimoine de l’Etat ?

Gécamines : Quid de la liquidation organisée du patrimoine de l’Etat ?

De l’intérieur comme à l’extérieur du pays, la société d’Etat la Générale des Carrières et des Mines (Gécamines) gérée par le régime PPRD semble être fatigué de son patrimoine acquis depuis l’époque belge jusqu’à celle du Zaïre de Mobutu.

En dehors des concessions minières attribuées aux chinois et aux autres prédateurs moyennant des commissions juteuses, c’est à un bradage organisé du patrimoine immobilier qu’on assiste impuissant sans que ni la justice, encore moins les différents gouvernements de la République qui se sont succédé ne s’y intéresse.

En effet depuis quelques années déjà, les villas, appartements et terrains appartenant à cette société d’Etat tant au pays qu’à l’étranger sont mis en vente. Cette opération qui ressemble à s’y méprendre à une spoliation du patrimoine de l’Etat se fait au vu et au su de tous sans qu’aucune réaction ne soit faite.

Les questions qui se posent son celles de savoir les raisons valables de cette attention soudains de la part de la Gécamines à vouloir à tout prix se séparer  de ce qui a été acquis durant des années ? Pourquoi met-on en vente ces biens en ce moment précis et qu’en adviendra-t-il du fruit de cette cession et à qui profitera ces biens vendus ? Enfin, combien des congolais seront capables par ce temps qui court de s’acheter l’un de ces biens en vente ?

Une source hier encor proche du régime et aujourd’hui se disant de l’opposition soupçonne que « sentant la fin de son règne, le président Joseph Kabila en complicité avec le Président du Conseil d’Administration (PCA) de la Gécamines Albert Yuma Mulimbi sont à la base de cette manœuvre pour pouvoir s’accaparer de tous ces biens en les rachetant à vil prix ».   Pour elle, « l’alternance étant à la porte de la gestion du pays, Kabila et les tiens veulent tout saccager avant de partir ; mais ils trouveront sur leur chemin des millions des congolais friand de son patrimoine ».

Cette source finit par dire « qu’il faut bloquer ce dossier en attendant l’installation du nouveau leadership politique à la tête du pays après décembre 2018 ». Et ce en attendant que « la justice restaurée du pays s’en empare de cette question pour reprendre tout ce qui sera déjà bradé, même si ça sera fastidieux et long ».

La liste des biens mis en vente dans toutes les provinces du pays est plus que longue :

 

Les biens de l’étranger

Selon une source déçu de l’intérieur même de la Gécamines, la directrice Kelly Lunda chargée d’inventorier tous les biens immobiliers de cette société d’Etat par le PCA Albert Yuma Mulimbi en a listé plusieurs. On y trouve ainsi des terrains, appartements et maisons situés dans l’ex-Katanga et le reste des provinces comme l’indique la liste ci-haut. Et pas moins de dix immeubles ciblés se trouvent en Europe dont la Belgique et la France et en Afrique.

En Europe, les biens immobiliers concernés par cette opération seraient en majorité situés en Belgique et en France : Immeuble de bureaux sis 56, rue de Bassard, 75008 (Paris), Immeuble de bureaux sis 5, rue Vernet, 75008 (Paris),  Villa sise Vossenstraat, 14 à 3078 Everberg (Kortenberg – Belgique),  Appartement sis rue Belle Vue – 1000 Bruxelles, Appartement sis avenue Général De Gaule, 42 à 1050 Bruxelles, Villa sise avenue de Foestraets, 6 à 1180 (Uccle – Belgique), Immeuble sis Boulevard du Souverain 30-32, 1170 Bruxelles, 2 villas situées à Dar-es Salaam (Tanzanie) dont l’une est enregistrée sous le nom de l’ambassade du Congo-Kinshasa.

Toujours selon notre source,  les bâtiments situés en Belgique étaient évalués en 2015 à un montant total de 10 millions d’Euros, ceux qui se trouvant en France à environ 35 millions d’Euros. L’on dénonce également le fait que Yuma Mulindi agit en véritable « potentat » depuis quatre ans que le dernier Administrateur-délégué de la Gécamines en l’occurrence Ahmed Kalej Nkand ait été évincé e juillet 2014. Le richissime homme d’affaire cumulard en dehors de son poste du PCA de la Gécamines, en porte également celle d’Administrateur-Délégué de fait ; donc à la fois gestionnaire et contrôleur.

Président du patronat congolais (FEC), Administrateur à la BCC (Banque centrale du Congo) et PDG de la société « Egal », spécialisée dans l’agro-alimentaire, les décisions de Yuma sont jugées « unilatérales » et prises dans une « totale opacité » à cause notamment d’un manque de tout débat au Conseil d’administration de la société. « De plus, la Gécamines étant jusque-là une société d’Etat, une mesure du genre de la vente du patrimoine devait faire l’objet d’une délibération en Conseil des ministres… » commente dépité un agent.

Plus que proche de Joseph Kabila dont il serait le « bras financier », Albert Yuma semble « intouchable »  du moins pour l’instant ; mais jusqu’à quand cela durera-t-il encore ?

Luaba Wa Ba Mabungi

print

Partagez

shares