home Politique, RD Congo RDC : John Tshibangu malade toujours vivant mais en détention sous régime de stricte isolation !

RDC : John Tshibangu malade toujours vivant mais en détention sous régime de stricte isolation !

Trois mois après son arrestation sur trahison en Tanzanie selon ses proches et son extradition le 5 février 2018 vers Kinshasa, le « feuilleton » mieux l’affaire Colonel John Tshibangu continue de défrayer la chronique.

Annoncé pour mort par d’insistants rumeurs largement relayées sur les réseaux sociaux dans l’une des fermes appartenant au président Joseph Kabila dans les parages de Kinshasa, cette fausse nouvelle a été démentie de la manière la plus stricte : « John Tshibangu est toujours vivant, bien qu’il soit soumis à un régime de strict isolation ». Et ce, par une source de la Monusco à Kinshasa via le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme (BCNUDH) qui aurait rendu visite à l’un des prisonniers les plus célèbres du pays selon l’hebdomadaire parisien Jeune Afrique.

Une chose réelle, l’on sait que depuis son extradition à Kinshasa le 05 février 2018 ; l’ex-officier déserteur des FARDC, accusé de rébellion contre le régime en place est toujours en détenu dans un cachot de l’Etat-major du Renseignement Militaire (EMRM) de la Démiap (Détection militaire des activités anti-patrie) dirigé par le général Delphin Kahimbi.

Lire aussi : RDC : Qu’est devenu le Colonel John Tshibangu et quid d’une tentative d’évasion ? https://www.afriwave.com/?p=8165

De leur côté, les proches de John Tshibangu via son Directeur de cabinet Thierry Kyalumba Kabonga continuent d’insister à ce qu’il soit montré vivant au public via médias interposés pour qu’on atteste de ce qu’il est en vie. Surtout qu’on le dit « malade » à cause des strictes conditions de détention où il n’a droit « qu’à une promenade par semaine » selon Jeune Afrique via le BCNUDH à Kinshasa.

Il faut le rappeler que depuis son extradition, John Tshibangu n’a toujours pas droit aux visites ni de sa famille ni de son conseil, comme l’explique pour sa part à Jeune Afrique son avocat sur place Me Alain Tshisungu Ntumba qui dénonce une « violation des dispositions constitutionnelles qui permettent à tout accusé d’être assisté d’un défenseur de son choix à tous les niveaux de la procédure pénale ».

A cet effet, une conférence de presse est prévue le jeudi 26 avril 2018 dans la Salle Business Club de l’Hôtel Etoile Saint-Honoré, 214 rue du Faubourg saint-Honoré 75008. Coanimée par ses avocats choisis Mes Norbert Tricaud, Sam Nsangamayi Shikayi et Alain Tshisungu Ntumba (sous réserve de sa possibilité de sortie de la RDC) en présence de membres de sa proche famille, il y sera question de l’« Etat des conditions illicites d’extradition puis détention à Kinshasa (RDC) du Colonel John Tshibangu ».

Des accusations graves de Kinshasa contre l’Eglise catholique et Moïse Katumbi

Dans cette affaire dite sensible, Kinshasa accuse tout azimut l’Eglise catholique et certains opposants politiques qui seraient de connivence avec l’acier officier militaire pour l’avoir encouragé dans sa courte rébellion.

A l’instar des membres politiques influents de la Majorité Présidentielle (MP), « le chef des renseignements militaires voit aussi et toujours l’ombre de Moïse Katumbi, candidat déclaré à la présidentielle pour la succession de leur autorité morale Joseph Kabila » explique un proche de l’ancien gouverneur sous couvert de l’anonymat.

De son côté, l’opposant politique Katumbi qui nie tous liens supposés avec l’ex-officier pensent qu’il « n’a jamais rencontré » estime qu’il s’agit encore-là d’une manœuvre pour « l’écarter de la course à la présidence alors qu’on lui a imposé un exil forcé depuis plus de deux ans à l’extérieur du pays ».

De la condamnation fallacieuse à 3 ans et demi d’emprisonnement dans une affaire de spoliation d’immeuble qui n’en est pas une en passant par celle dit de recrutement supposé des mercenaires ; « Katumbi est finalement à toutes les sauces du régime qui leur brûle la bouche » dit pour sa part un autre proche rencontré à Bruxelles.

Tshikuyi Tubabela / AFRIWAVE.COM – Bruxelles

print

Partagez

shares