home Burundi, Centrafrique, Congo Brazza, Politique, RD Congo, Rwanda Emmanuel Macron : de quoi sera faite sa politique africaine ?

Emmanuel Macron : de quoi sera faite sa politique africaine ?

A peine 39 ans et né après la décolonisation du continent noir, le plus jeune et 8ème président de la 5ème République française est attendu sur ce que sera sa politique africaine, prioritairement avec les pays francophones en raison des liens avec la colonisation et le partage d’une même langue. Si depuis Foccart, l’on a toujours parlé de cette Françafrique avec la quelle et dont le sortant François Hollande avait commencé à prendre ses distances ; nombre d’observateurs notent que l’Afrique ne devra rien attendre de spécial ou du positif du nouveau président français.

Pourtant, loin des réseaux Françafrique de triste mémoire, Emmanuel Macron promet d’agir en toute transparence dans sa future politique africaine. Certes sur les traces de François Mitterrand qui avait lié la question de l’aide au développement à la démocratisation des institutions lors du sommet de la Francophonie à La Baule, le nouveau Chef de l’Etat de la France déclare vouloir protéger les principes démocratiques fondamentaux partout en Afrique.

En cela et pour la première fois dans une campagne électorale française, Macron déclarait : Je respecte les différences, je respecte les musulmans, je respecte les protestants, je respecte les juifs, je respecte les Africains, je respecte les communautés étrangères qui font aussi la France ou les communautés d’origine étrangère qui font aussi de vrais citoyens français, je respecte leurs différences qui sont notre richesse. Ce que n’avait pas manquer de le lui reprocher l’extrême droite dans la violente campagne du 2ème tour en oubliant que l’Afrique aujourd’hui est un continent jeune par sa population et elle aspire à autre chose. La jeunesse de Macron pouvant aussi être un atout

Cet enthousiasme des responsables politiques africains n’a pas échappé à la lucidité de leurs peuples qui en a fait un objet de plaisanterie sur les réseaux sociaux. Les internautes africains ne manquant pas d’humour pour rappeler leur durée canonique au pouvoir en rapport avec l’âge de Macron lorsque certains chefs d’Etats ont accédé pour la première fois au pouvoir :

Ainsi, quand Edouardo Dos Santon, Denis Sassou Nguesso et Théodoro Obiang Nguema Edouardo Dos Santos devenaient présidents de l’Angola, du et de la Guinée Equatoriale pour la première fois en 1979, Emmanuel Macron avait 2 ans. Lorsque Paul Biya devenait président du Cameroun pour la première fois en 1982, Macron avait 5 ans. Lorsque Robert Mugabé devenait président du Zimbabwé pour la première fois en 1987, Macron avait 10 ans et enfin quand Idriss Deby Itno devenait président du Tchad pour la première fois en 1990, Macron avait 13 ans.

Edouard Philippe, premier ministre

En choisissant ce lundi 15 mai en début d’après-midi le député maire de droite du Havre étiqueté Les Républicains (LR) et proche d’Alain Juppé, le président Emmanuel Macron poursuit dans sa volonté de dépasser les clivages droite-gauche, mais aussi dans sa logique : celle de faire éclater la gauche comme la droite politiques. Sur le plan politique, Édouard Philippe, 46 ans ; apporte donc une certaine sensibilité de droite, réformatrice, qui est typiquement celle que le nouveau président veut attirer à lui alors que ses compétences pour la gestion publique ne sont plus à démontrer. Pourtant, son profil très classique n’incarne pas véritablement le renouvellement.

L’Afrique attend donc de voir ce que ce duo lui réservera dans sa politique de coopération.

print

Partagez

shares