home RD Congo, Société Saccage de l’Eglise Saint Dominique de Limete et incendie du Grand Séminaire de Malole : Shadari et Mende accusent trop vite…

Saccage de l’Eglise Saint Dominique de Limete et incendie du Grand Séminaire de Malole : Shadari et Mende accusent trop vite…

Le climat sécuritaire va de mal en mal alors que les discussions politiques entre la Majorité et l’Opposition sur l’avenir du pays piétinent. Aux massacres des civils, s’ensuit aujourd’hui des incendies des lieux jadis sanctuarisés. Ainsi, l’Eglise Saint Dominique de la commune résidentielle de Limete à Kinshasa a été l’objet d’un saccage systématique dans la nuit de samedi 18 au dimanche 19 février 2017 par une bande d’inciviques non autrement identifiés : autel, bancs, tabernacle et plusieurs objets de culte ont été détruits. Dans cette scène de désolation, la messe du dimanche a été célébrée à la Grotte située dans l’enclos de sa paroisse par le curé de la paroisse, l’Abbé Bienvenu Nsekoko; a noté notre reporter sur le lieu.

Cet acte de profanation d’un lieu de culte vivement condamné par tous, ecclésiastiques comme politiques intervient après l’incendie dans la journée de samedi 18 février d’une partie du Grand Séminaire de Malole par des inciviques, qui ont semé  la terreur chez les sœurs carmélites voisines dudit séminaire à Kananga, dans la province de Kasaï Central comme le souligne le cardinal Monsengwo dans son message de ce weekend.

Les accusations du gouvernement et ses responsabilités

Pour le gouvernement central de Samy Badibanga, la conférence de presse du dimanche 19 février à l’Hôtel Pullman des ministres Mende et Shadari était la bonne occasion : celle de pointer les coupables, en allant plus vite en besogne sans qu’aucune enquête policière ou judiciaire ne l’ait encore prouvée. Par la voix de son vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur Ramazani Shadari de la Majorité présidentielle, ces incidents  sont l’œuvre d’un groupe d’une vingtaine de personnes prétendument militants de l’UDPS à Kinshasa et  aussi un autre groupe de présumés Kamuena Nsapu dans le Kasaï Central. Poussant dans sa logique, le ministre trouve même dans ces actes de barbarie visiblement une manipulation de ces individus par certains politiciens pourfendeurs du régime.

Willy Mishiki, un spécialiste es-prédictions 

En trouvant plus vite les coupables désignés, le gouvernement s’oublie dans cette violence qui semble récurrente. Willy Mishiki, vice-ministre de l’Energie est passé maître dans à l’art divinatoire et de prédilection. Ainsi, dans son interview en lingala dont les images sont encore en ligne sur les réseaux sociaux, en dehors de la mort de Tshisekedi dont il affirme aujourd’hui avoir été mal interprété par ses adversaires politiques de Limete; Mishiki annonce une probable crise confessionnelle au Congo comme dans les pays arabes. Il prédit aussi l’incendie des certaines églises catholiques en des termes clairs : J’ai des gens qui veulent aller manifester, voir incendier des églises catholiques à cause de l’implication de la CENCO dans la politique du pays dit-il sans broncher dans cette vidéo.

Extrait vidéo Mishiki

 

C’est ici l’occasion pour le PGR de se saisir de ce dossier pour interpeller le gouvernement afin que son ministre puisse s’expliquer et donner des détails sur ce qu’il sait ou savait sur les attaques contre les Eglises catholiques qui risquent de se répéter… Car, apparemment, les pyromanes ne sont pas plus loin que le pense les ministres Shadari et Mende.

 

print

Partagez

shares