home Politique, RD Congo, Régions Accord Politique Global Inclusif et Arrangement Particulier : la dernière ligne droite

Accord Politique Global Inclusif et Arrangement Particulier : la dernière ligne droite

C’est en principe la dernière ligne droite à la négociation directe du Centre Interdiocésain de Kinshasa entre la Majorité et l’Opposition sous la conduite de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO). La plénière de ce vendredi 27 janvier 2017 est prévue à 14h00’ et la grande plénière finale vers 16h00’.

La date butoir de fin des travaux fixée par la CENCO pour la continuité de ses bons offices étant le samedi 28 janvier 2017, il y va qu’enfin la signature finale de l’Arrangement Particulier (AP) soit effective. Car, c’est ce texte additionnel et explicatif qui permettra la mise en œuvre de l’Accord Politique Global et Inclusif pour la conduite du pays durant la période transitoire précèdent les élections de fin d’année 2017.

Le vice-président de la CENCO, Mgr Fridolin Ambongo autrefois remonté contre la mauvaise foi des politiques paraissait serein à la fin de la plénière du jeudi 26 janvier 2017 au soir : “Pour ce qui est de l’Accord, nous sommes très contents…Et demain il y aura un Accord là-dessus. La signature est un acquis, on n’y revient plus.Sur la nomination du premier ministre, nous ne croyons plus qu’il y aura de désaccord. Tout le monde est convaincu qu’il y aura la nomination d’un nouveau premier ministre qui va prendre les choses en mains et aller dans le sens de ce que l’Accord du 31 décembre 2016 a convenu. Nous voyageons dimanche 29 janvier 2017 pour la Suisse pour revenir dans une semaine. dans l’entre-temps, le Bureau du CNSA devra se réunir  pour commencer à mettre en marche les structures issues de l’Accord“.

IMAGES CODE 243

IMAGES du 27 janvier 2017 de Rachel Kitsita

 

Posted by Kitsita Ndongo Rachel on Friday, January 27, 2017

 

Gouvernement et CNSA-Processus Électoral

Lors de la plénière du jeudi 26 janvier 2017, les délégués ont revu à la hausse la taille du futur gouvernement qui passe de 46 membres à 53 avec une augmentation de 5 ministères et 2 vice-ministres selon la CENCO. Il en fut également de sa composition actée par toutes le composantes à raison de : MP 18 ministres et 3 vice-ministres; Rassemblement 13 ministres et 3 vice-ministres; Opposition Signataire 8 ministres et 3 vice-ministres; Opposition Républicaine 2 ministres et 1 vice-ministre; Société civile 2 ministres. Soit un total de 43 ministres et 10 vice-ministres. La nomination du nouveau premier ministre pouvant intervenir aux alentours du 05 février 2017 selon Martin Fayulu, l”un des négociateurs du Rassemblement de l’opposition.

Sur la mode de désignation du Premier ministre, c’est une commission composée des délégués de la MP et du rassemblement qui devra en discuter. Tout comme les autres questions non encore évacuées relatives concernant le chronogramme contenu dans les chapitres V-VIII de l’Accord Politique Global et inclusif du 31 décembre 2016. Il sied de rappeler que la MP tient à ce qu’une liste de 3 à 5 noms candidats premier ministre soit proposée par le Rassemblement à Joseph Kabila qui en choisira un pour sa nomination. Procédé  que conteste l’Opposition du Rassemblement pour qui cette tache revient à son Président du Comité des Sages, Etienne Tshisekedi de désigner le candidat qui sera proposé à Kabila pour nomination selon les termes de l’Accord.

Pour ce qui est de la gestion quotidienne du Conseil National de Suivi de l’Accord (CNSA), les délégués aux discussions se sont penchés sur une note technique du Front pour le Respect de la Constitution (FCR) entre le MLC et Alliés dans laquelle il soulève la question de la hiérarchie au sein de l’organe.  Après débat, les délégués se sont dit que certaines questions relèvent du règlement intérieur et ont décidés qu’en l’absence du président comme actuellement, le Bureau du CNSA se réunit sous la responsabilité du doyen d’âge parmi les vice-présidents. Pour rappel, les 3 vice-présidences sont reparties de la manière suivante : la MP s’occupera de la Relation avec les Institutions; le FRC  du Processus Electoral; l’Opposition Signataire de la Mise en œuvre de l’Accord.

Débutés en décembre 2016 pour une durée maximale estimée de 4 jours, les pourparlers sanctionnés par la signature de l’Accord Politique Global et Inclusif du 31 décembre 2016 auront traînés plus que l’on y pensait. Et pour cause, les chamailleries des politiques congolais qui commençaient même à exaspérer les Évêques.

print

Partagez

shares