home Diaspora, Perspectives, Politique, RD Congo, Régions, Société Roger Lumbala Wa Tshitenga de retour à Kinshasa

Roger Lumbala Wa Tshitenga de retour à Kinshasa

Comme il l’avait annoncé en début de semaine, Roger Lumbala Wa Tshitenga, président du Rassemblement des Congolais pour la Démocratie Nationaliste (RCD-N) est de retour à Kinshasa depuis le début de cet après-midi du 15 janvier 2017. C’est via un vol régulier  d’Ethiopian Airlines qu’il a atterrit à l’aéroport international de N’Djili de Kinshasa en provenance de Bruxelles, 15 jours après. Il a été accueilli à sa descente d’avion par Jean-Pierre Lisanga Bonganga, président de la Plateforme Les alliés d’Etienne Tshisekedi dont Lumbala est lui-même vice-président. Une foule nombreuse qui l’a un temps porté en tshipoyi, cette chaise traditionnelle réservée au chef l’a accompagné.

Candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2006 et député national invalidé en janvier 2013 pour cause d’absences répétées, ce proche d’Etienne Tshisekedi dont il se réclame de l’idéologie a bénéficié d’une amnistie et d’un abandon des poursuites judiciaires par les autorités du pays dans le cadre la décrispation politique obtenue dans l’Accord Politique Global et Inclusif négocié sous l’égide de l’Eglise catholique et signé au Centre Interdiocésain de Kinshasa le 31 décembre 2016. (Lire notre article : Les Alliés de Tshisekedi en conclave à Genval… https://www.afriwave.com/?p=1604 ).

Deux fois arrêté au Burundi et en Russie, deux fois Roger Lumbala a échappé à une extradition à Kinshasa où il était accusé de «haute trahison et complicité avec le mouvement rebelle du M23», alors que sa présence avait été signalée en Ouganda et au Rwanda. Il n’avait eu la vie sauve que grâce à des relations en France comme il l’expliquait lors d’une conférence matinée politique à Bruxelles. (Lire notre article : «Roger Lumbala à la diaspora congolaise à Bruxelles : «nous devons réfléchir ensemble pour que les choses changent et chacun devra prendre ses responsabilités https://www.afriwave.com/?p=1319).

Ce premier retour concrétise ainsi un début de mise en application des mesures de décrispation politique considérées primordiales par la CENCO. Les autres opposants comme Moni Della et Jean-Claude Muyambo demeurent en prison alors que les cas Moïse Katumbi et Eugène Diomi Ndongala sont entre les mains des Évêques qui intercéderont auprès du chef de l’Etat Joseph Kabila. Il en est aussi du retour d’exil des jeunes du mouvement citoyen Filimbi dont Floribert Anzulini et Yangu Kiakwama.

print

Partagez

shares