home Diaspora, Politique, RD Congo, Régions, Rwanda, Société Un weekend de Noël 2016 sanglant dans la région de Beni

Un weekend de Noël 2016 sanglant dans la région de Beni

Rien ne les arrêtent plus ni ne semble les arrêter. Eux, ce sont les tueurs non autrement identifiés mais qu’on dit être des rebelles ougandais des Forces Démocratiques Alliées (ADF-Nalu) qui agissent impunément dans la région de Beni en province du Nord-Kivu. Ni la trêve de Noël n’aura agi sur leurs consciences pour arrêter leurs pulsions meurtrières que dans la nuit de samedi 24 au dimanche 25 décembre 2016, près d’une cinquantaine des morts décapités à l’arme blanche et à la machette ont été comptabilisés à Eringeti, localité située dans ce qui est surnommé le triangle de la mort du Nord-Kivu, à l’Est du pays. L’on y retrouve Mbau, chef-lieu du secteur Beni-Mbau; Kamango, dans la chefferie des Watalinga, plus à l’Est et Eringeti, au nord de Mbau.

Cette violence sans fin qui n’émeut plus personne y compris la communauté internationale laisse la population civile seule face aux assassins. Impuissant face à cette tragédie, Teddy Kataliko, président de la Société civile du territoire de Beni, la coalition d’associations locales déclare «ne plus rien comprendre et ne plus savoir à quel saint nous vouer». Pourtant, d’importantes garnisons des troupes de Fardc et de la Monusco sont stationnées dans ce coin.

Selon les rares rescapés qui réussissent à s’enfuir, depuis 2014; les assaillants surgissent dans des villages souvent à la tombée de la nuit, réunissent tous les habitants qu’ils trouvent avant de les tuer à la machette et incendier les cases avant de se retirer dans la foret.  Enfants, femmes enceintes, vieillards… personne n’est épargné. Les corps sont démantelés comme des pièces de boucher poursuit ce témoignage. Ces massacres documentés par la société civile aux images insoutenables témoignent de l’épouvantable et de l’horreur endures.

Souvent non revendiqués, les autorités de Kinshasa préfèrent attribuer lesdits massacres à l’un des groupes armes le plus actifs dans le coin à savoir le groupe rebelle ougandais des Forces Démocratiques Alliées (ADF-Nalu). A un moment donné, l’on a même évoqué une piste terroriste pour justifier ces atrocités alors qu’aucune preuve ne vient les détailler. L’on se souviendra du prêtre catholique assomptionniste Vincent Machozi, violemment assassiné dans la nuit du 20 mars 2016 et qui était connu pour son engagement en faveur de la défense des Nande, l’ethnie majoritaire du Grand-Nord de la province du Nord-Kivu contestait cette version officielle.

Quelque temps avant son horrible meurtre, il avait accusé sur un site Internet, le président Kabila et le président rwandais Paul Kagame d’être les commanditaires de ces massacres. Et pour cause selon lui, instaurer un climat de terreur afin de pousser les Nande à quitter leurs terres, la région étant convoitée car on y trouve de l’or, du bois et des minerais comme le coltan, un élément rare et indispensable à l’industrie des téléphones et des ordinateurs portables. Pour les experts de l’Onu dans l’un de leurs rapports sur la situation, plusieurs groupes seraient impliqués dans ces massacres, et notamment « un groupe de locuteurs kinyarwanda qui sont arrivés dans la zone depuis l’Ouganda et le territoire congolais du Rutshuru». L’Onu accuse aussi certains officiers de l’armée congolaise d’être impliqués malgré les dénégations des autorités de Kinshasa.

benifilesite

Beni Files veut rendre hommage aux victimes des massacres de Beni.© capture d’écran du site

A la manière de ce qui se fait ailleurs, un tout nouveau site internet entend bientôt rendre hommage aux victimes civiles de Beni : BENI FILES. Sur initiative de la réalisatrice belge Elien Spiellebeen avec une équipe congolaise, plus des 636 personnes parmi lesquelles des survivants, des témoins et des proches des victimes ont été interrogées dans le cadre d’un web documentaire qui deviendra également un mémorial virtuel à partir de février 2017. Ces personnes ont fourni des noms et parfois des photos de plus de 700 personnes qui ont disparu à Beni au début de ces atrocités en octobre 2014 jusqu’en juillet 2016.

Pour la journaliste belge, au travers de cette idée,  «On montre que ce sont vraiment les frères, les sœurs, les enfants, les parents de quelqu’un, qu’on parle vraiment d’êtres humains qu’on est en train de négliger… On veut montrer des émotions, qu’on peut très facilement reconnaître. Des émotions très personnelles pour dire au monde : ce ne sont pas des chiffres, ce ne sont pas des inconnus, voici les vrais visages des victimes de ces massacres, à l’est du Congo, dans la région de Beni».

«Qui sont les tueurs de Beni jusqu’à aujourd’hui, il n’y a pas vraiment de réponse» ? Pour les concepteurs de ce projet, le site «Beni Files» précisera les lieux où des Congolais sont tombés et donnera leurs noms et prénoms pour que nul ne puisse dire qu’on ne savait pas. On ne peut pas les oublier, on doit regarder ces victimes dans les yeux. Puis on peut poser la question à la communauté internationale, au gouvernement congolais : pourquoi est-ce que cela ne vaut pas la peine de trouver les coupables et d’arrêter ces massacres ?».

print

Partagez

shares