home Politique, RD Congo, Régions, Société Evénements des 19 et 20 septembre 2016 à Kinshasa : Joseph Kabila accuse !

Evénements des 19 et 20 septembre 2016 à Kinshasa : Joseph Kabila accuse !

Des tristes événements des 19 et 20 septembre 2016 à Kinshasa et à la suite des premières accusations de son ministre de l’Intérieur Évariste Boshab, le président Joseph Kabila a réitéré les mêmes accusations à l’endroit de ses opposants politiques. Alors qu’on l’attendait pour un message à la Nation, c’est via un simple communiqué de deux pages signé Néhémie Mwilanya Wilondja, son Directeur de Cabinet et lu sur les antennes de la Radiotélévision nationale congolaise (Rtnc) et des chaines proches de la Majorité que le chef de l’Etat s’est exprimé. Et ce, après les débordements ayant fait mort d’hommes à l’issu d’une manifestation de l’opposition d’abord autorisée puis interdite dans la capitale province Kinshasa.

 

kabila1991kabila19902

Se disant profondément touché par les événements des 19 et 20 septembre, Joseph Kabila  présente ses condoléances aux victimes et en appelle à nouveau au dialogue. Dans son soucis d’établissement des responsabilités, le président de la République accuse carrément l’opposition d’en être responsable sans mot dire de l’intervention musclée et tirs à balles réelles des forces de sécurité dépendantes du pouvoir. Pour son Procureur Général de la République (PGR), Félix Kabange Numbi; c’est le recours à l’article 10 du décret-loi n° 199 du 29 janvier 1999 sur l’organisation des manifestations et réunions publiques en RDC et la sévérité devra être au rendez-vous d’une action judiciaire enclenchée le mercredi 21 septembre. Tenant des propos sans ambiguïté, le PGR Ses propos étant aussi clairs : «La police nationale a été saisie pour rechercher activement les auteurs matériels et intellectuels de ces faits graves d’assassinat. Il y a eu mort d’hommes, des pillages, des vols à l’aide de violence, des tentatives de viol, des viols partout où ils se cachent». La Direction Générale des Migrations (DGM) étant associée à cette traque pour interdire toute sortie de Kinshasa et du territoire national les auteurs de ces faits graves…toujours selon Kabange Numbi.

L’UDPS et la Monusco ont également condamnés cette violence inouïe et sans cause. Pour Etienne Tshisekedi interrogé par la RTBF, la radiotélévision belge de langue française : «Le régime de M. Kabila vient de s’illustrer par une extrême barbarie, en tuant en deux jours plus de 100 de nos compatriotes -sans compter les arrêtés et les disparus- au cours d’une marche pacifique autorisée par l’autorité urbaine » tout en rappelant que «le but de la marche du 19 septembre était d’abord de protester contre la non-convocation du corps électoral par la Céni, et également de signifier son préavis à M. Kabila qui devait quitter le pouvoir le 19 décembre 2016».

Tout en condamnant la violence d’où qu’elle vienne, la  mission de l’ONU réclame une enquête et se prononce en faveur d’une enquête indépendante pour déterminer les auteurs des violences de lundi et mardi. Pendant ce temps, Le Bureau conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme à Kinshasa continue le travail de vérification.

print

Partagez

shares