home Politique, RD Congo, Régions Claudel André LUBAYA intègre L’Union Démocratique Africaine (UDA) Originelle

Claudel André LUBAYA intègre L’Union Démocratique Africaine (UDA) Originelle

Quelques jours après sa démission de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), parti politique  dont il fut cofondateur le 3 septembre 2016, Claudel André Lubaya n’a pas tardé de retrouver son chemin en politique. Le député élu de Kananga et ancien gouverneur de la province unifiée du Kasaï Occidental huit ans durant n’a pas trouvé mieux que de poursuivre le combat politique de son feu géniteur; l’ancien ministre, député et gouverneur du même Kasaï Occidental André Guillaume Lubaya assassiné sous la dictature de Mobutu.

Plutôt que de créer un nouveau parti politique dans un microcosme congolais déjà saturé, le fils vient d’intégrer le parti crée par son père dans les années 1960 : L’Union Démocratique Africaine (UDA) originelle. Dans son texte ci-dessous posté sur les réseaux sociaux le 15 septembre 2016, Claudel André Lubaya explique les raisons qui l’ont conduit de prendre sa décision :

Mes chers compatriotes,

Comme je l’avais promis, je me fais le devoir de vous annoncer qu’après une réflexion mûrie, j’intègre officiellement, à dater de ce jour, l’Union Démocratique Africaine Originelle, «U.D.A Originelle» en sigle. Je m’engage à continuer mon combat dans ce Parti politique d’essence progressiste créé en avril 1962 par le Martyr de la démocratie, André Guillaume LUBAYA et ses illustres camarades. Fondé au lendemain de l’assassinat de Patrice E. LUMUMBA, ce Parti avait pour but de poursuivre la lutte pour l’indépendance et l’émancipation du peuple congolais. L’histoire retiendra que l’UDA Originelle a été l’un des rares sinon l’unique Parti à s’opposer ouvertement au coup d’État du 24 novembre 1965 et à l’instauration au Congo de la dictature du parti-État. C’est en raison de cette prise de position contre un régime autoritaire et pour la démocratie que son fondateur et sept de ses compagnons ont été assassinés et jusqu’à ce jour, privés de sépulture. Dissout par le régime issu du coup d’État et aujourd’hui ressuscité de ses cendres par des patriotes congolais, l’UDA Originelle est enregistré depuis, par Arrêté Ministériel N° 048/2012 du 18 janvier 2013.

D’aucuns se poseraient la question de savoir pourquoi j’ai choisi d’intégrer l’UDA Originelle. A ce sujet, les observateurs attentifs de l’évolution politique dans notre pays noteront qu’à quelques différences près, la RDC est en ce moment replongée dans une situation similaire à celle des années 65-90, marquée par la volonté du régime en place de s’installer et s’éterniser au pouvoir par la brutalité, la répression et la prédation, en violation de la Constitution et des lois de la République.

J’ai réalisé que la voie suivie jusqu’à présent par l’UDA Originelle est juste et, face à la situation politique de l’heure, sa ligne demeure claire, constante et cohérente. Le Parti affirme, par sa position, sa volonté de pérenniser le combat des patriotes nationalistes pour l’indépendance du pays, pour l’État de droit et pour le bien-être du peuple congolais. Opposé à toute forme de dictature, il est résolument engagé dans la bataille pour le respect de la constitution, pour l’alternance démocratique, les libertés publiques, etc. Ces valeurs constituent pour moi, à la fois le socle de ce que nous sommes, à la fois l’ultime idéal à atteindre de même qu’elles sont des impératifs à défendre pour préserver notre pays des velléités monarchistes. Voilà pourquoi, m’inscrivant dans la lignée politique des pères de l’indépendance et des martyrs de la longue lutte de notre peuple pour la démocratie j’ai, en toute conscience, pris la décision de rallier l’UDA Originelle pour raviver avec eux, la flamme du patriotisme congolais qui devrait constituer le fondement de notre engagement.

En ce moment de grave crise injustement imposée à notre peuple par un régime en fin mandat et qui use de toute sorte de manœuvres pour se maintenir en violation de la Constitution, le destin national nous appelle tous à nous lever et nous rassembler pour nous y opposer. C’est pour tout patriote l’unique réponse à l’angoisse nationale persistante et au désespoir qui envahit notre jeunesse. Résister et s’opposer, c’est l’unique façon de faire échec à l’instauration d’un pouvoir à vie dans notre pays.

Tirant les leçons du passé, il est donc venu le temps de se lever pour défendre la République et ses valeurs. Il est temps de rendre à la RDC sa force, sa sérénité, son unité. Il est venu le temps de redonner au peuple congolais la joie de vivre et d’espérer. Nous devons redonner à chacun de nos concitoyens l’assurance d’un avenir meilleur. Plus que jamais, j’ai la conviction que face aux multiples défis de notre nation, seuls une vision claire, une action cohérente, un projet alternatif innovant et fédérateur, partagé par l’ensemble de notre peuple et porté par un leadership collectif permettront de récréer la confiance et de redresser le pays.

C’est pourquoi, à toutes celles et à tous ceux qui croient en ces valeurs et qui partagent avec moi la volonté d’œuvrer ENSEMBLE pour épargner la Mère Patrie de la dérive et restituer aux citoyens la fierté d’être CONGOLAIS, je lance l’invitation à se joindre à moi dans cet ultime combat au sein de l’UDA Originelle pour construire ensemble, dans un sursaut patriotique, un État démocratique moderne, une société juste, une nation forte et prospère au cœur de l’Afrique. Ensemble, prenons rendez-vous avec l’histoire !

Vive la République !

Quid de L’UDA Originelle ?

En marge du Conclave des Forces Politiques et Sociales acquises au changement à Genval (8 et 9 juin 2016) en Belgique, Jean-Marie Mukonkole, Secrétaire Général du parti Lubaysite se confiait à www.afriwave.com en ces termes : «Notre présence aux assises de Bruxelles est une concrétisation de la vision de la Dynamique de l’opposition à laquelle nous appartenons. Et ce, pour le respect de la Constitution, des Institutions, l’organisation des élections dans le délai constitutionnel, la mise en pratique de la résolution 2277 et le départ de Joseph Kabila le 19 décembre 2016. Le dialogue dans l’optique de Kabila ne nous intéresse pas car il ne respecte ni ses engagements, ne tient jamais sa parole et ne respecte pas sa signature : preuve de son glissement en gestation par la violation de la constitution que nous combattrons jusqu’au bout».

«L’UDA ne sera jamais d’accord avec Edem Kodjo dans le format de son Dialogue proposé du fait que la volonté de Kabila est d’avoir les conclusions sur sa table. Depuis 1960, L’UDA a toujours combattu la dictature avec son interdiction sous Mobutu, la fermeture de l’espace politique sous Laurent-Désiré Kabila dans les années 1997-2001 qui ne nous ont jamais decouragés. L’UDA est aujourd’hui présente dans 10 des 27  provinces que compte le pays et nous poursuivons notre progression. Nous avons 4 Représentations Extérieures et nous alignerons des candidats à toutes les élections en commençant pas les prochaines provinciales et législatives pour pouvoir gouverner dans le Congo de demain».

Roger DIKU

print

Partagez

shares