home Politique, RD Congo, Régions Une poignée de mains historique entre Tshisekedi et Kyungu

Une poignée de mains historique entre Tshisekedi et Kyungu

Sur invitation de l’UDPS et de son président Étienne Tshisekedi, une majeure partie de l’opposition politique congolaise se retrouve dans la capitale belge Bruxelles pour une rencontre dite Conclave de l’opposition. Réunissant les forces politiques et sociales du pays, cette réunion dite «exploratoire» se penchera sur les enjeux politiques du moment et la situation à venir du pays. Ainsi se retrouveront autour du leader de l’UDPS le G7, groupe de sept partis politiques frondeurs hier encore membres de la Majorité Présidentielle (MP) de Joseph Kabila et aujourd’hui  dans l’opposition.

Egalement certains membres de la Dynamique de l’opposition mais à titre individuel annoncent certaines sources sur place contactées par www.afriwave.com Moise Katumbi Chapwe, candidat déclaré à la présidentielle de novembre 2016 et soutenu par le G7 en consultation médicale à Londres y est également annoncé. Son frère aîné Antoine Raphaël Soriano Katebe Katoto proche d’Étienne Tshisekedi est de tous les rendez-vous du président de l’UDPS ces jours derniers.

La rencontre de Bruxelles aura été l’occasion pour Etienne Tshisekedi Tshisekedi Wa Mulumba et Gabriel Kyungu Wa Kumuanza de signer le calumet de la paix. Entre les deux hommes, il n’existerait plus des nuages comme nous a confié un proche collaborateur et conseiller du Sphinx. C’est du reste ce que semble témoigner la photo de cette poignée de mains entre  les deux politiques sous le regard souriant d’Antoine Raphaël Soriano Katebe Katoto. L’image a pour cadre un bureau installé dans un hôtel de la Région Bruxelles capitale où le leader de l’UDPS a établi son QG de réception de ses hôtes de marque. Et ce, depuis qu’il séjourne dans la capitale européenne il y a plus de deux ans.

La rupture entre Tshisekedi et Kyungu remonte à la nomination de Jean de Dieu Nguz Karl I Bond au poste de premier ministre de Transition en plein Conférence Nationale Souveraine (CNS) en novembre 1991. Kyungu, un des vice- présidents du parti de Nguz l’UFERI (Union des Fédéralistes et Républicains Indépendants) et gouverneur de l’ancienne province du Katanga rentre en fronde contre la CNS et Tshisekedi lors de l’élection triomphale de ce dernier comme premier ministre officiel de Transition après que Nguz soit demis de ses fonctions par Mobutu. C’est le début de la tragédie des Kasaïens habitants au Katanga qualifiés des «bilulu = insectes en swahili» par le tandem Nguz et Kyungu. Des miliciens de la Juferi (jeunesse de l’Uferi) sous la conduite de Eddy Kapend (ancien professeur devenu colonel dans l’armée et aujourd’hui en prison dans l’affaire assassinat du président Mzé Laurent Désiré Kabila) et John Numbi Banza Thambo (devenu commissaire général de la police et révoqué après l’affaire assassinat Floribert Chebeya) seront les bras allongés de cette triste affaire.

24 ans plus tard, Gabriel Kyungu et Étienne Tshisekedi se retrouvent à Bruxelles pour sceller la réconciliation. Les deux anciens Commissaires du peuple (députés)  et fondateurs de l’UDPS viennent de signer le calumet de la paix, une manière de démontrer aux yeux du monde que c’est l’intérêt supérieur de la Nation qui prime au-dessus de toutes ambitions personnelles.  Il y a lieu de noter qu’en dehors de ses soins de santé pour lesquels il séjourne en Belgique depuis plus de deux ans, le président de l’UDPS poursuit une intense activité diplomatique et politique avec son parti, les membres de l’opposition, la Société civile congolaise, les émissaires de Joseph Kabila, les envoyés spéciaux de l’ONU, des Etats-Unis ou l’Union Africaine.

print

Partagez

shares