home RD Congo, Rwanda RDC-POLITIQUE : Lorsque Kabila et Katumbi s’empoignent par médias interposés…

RDC-POLITIQUE : Lorsque Kabila et Katumbi s’empoignent par médias interposés…

C’est une troisième interview en l’espace d’un mois et à quelques heures de l’élection présidentielle de ce dimanche 30 décembre 2018 à laquelle il n’est pas autorisé à se représenter constitutionnellement qui restera dans l’histoire.

Cette élection sanctionnera sa sortie officielle de la scène politique même si l’on sait à l’avance qu’il n’en partira pas, Joseph Kabila continuera de tirer les ficelles. Celui qu’on disait « avare »  des médias jusqu’à en faire une espèce de mythe s’est illustré d’abord dans Le Soir de Bruxelles, sur BBC anglais avant de finir par une dernière interview hier vendredi 28 décembre 2018 au journal parisien Le Monde via sa section Afrique.

Comme un pied de nez à ceux qui veulent « sa fin » et peut-être en désespoir de résistance, Kabila distribue des bons mais surtout plus des mauvais points à qu’il veut, les américains et autres européens en prenant pour leur grade.

Conscient de ce qui va en arriver pour ces élections mal préparées et qui risquent d’engendrer un chao pour le pays, Kabila botte en touche : « J’ai l’intime conviction que tout va bien se passer dimanche ». Mais aussi prévient : « Des violences post-électorales ne sont pas à exclure, mais la menace sécuritaire est sous contrôle » avec la militarisation du pays que l’on vit ces dernières semaines.

Celui qui dit « avoir le Congo à défendre et prêt à mourir pour ça » s’en prend violemment à son ancien homme de confiance reconverti en opposant Moïse Katumbi qualifié de « Judas Iscariote » qui autrefois trahi Jésus-Christ : « Katumbi me rappelle Juda qui était parti avec beaucoup d’argent et s’est pendu de lui-même. Il a fait son choix. A lui d’assumer ».

La réponse du berger à la bergère…

Empêché de se présenter à la présidentielle 2018 dont il avait fait « une fixation », il n’a pas fallu beaucoup de temps à Katumbi de répondre à Kabila via les réseaux sociaux. Il se pose la question si Kabila se prend alors pour Jésus-Christ et le traite « d’assassin » des congolais, y compris dans les églises et de pilleur du pays : « #Kabila me traite de Judas. Se prend-il pour le Christ lui qui fait assassiner les Congolais, y compris dans les Églises, qui pille notre beau pays ? Je suis fier d’être aux côtés des Congolais pour faire tomber ce régime honni. Le peuple vaincra ! Bonne chance à @MartinFayulu ».

Toutes choses restant égales par ailleurs, l’on comprend que les joutes politiques sont loin d’être finies, même si les élections de tous les dangers se tiennent ce dimanche 30 décembre 2018.

Thaddée Luaba Wa Ba Mabungi

print

Partagez

shares