home Politique, RD Congo RDC-UE : Une résolution d’urgence du parlement européen attendue la semaine prochaine à Bruxelles

RDC-UE : Une résolution d’urgence du parlement européen attendue la semaine prochaine à Bruxelles

Alors que la situation politique ne semble pas se détendre dans le pays après la répression de la marche pacifique des chrétiens du 31 décembre 2017, le groupe socialiste et alliés au Parlement Européen table sur une résolution d’urgence en relation avec le drame qui se vit en RDC. C’est ce qui ressort d’une réunion entre le président de ce groupe, Gianni Pittella et quelques personnalités impliquées dans la question congolaise.

Les députées européennes italo-congolaise Cécile Kyenge, la belge Maria Arena et Le SG adjoint de la FIDH le congolais Paul Nsapu se sont concerté à Bruxelles. Une séance plénière du Parlement européen étant prévue la semaine prochaine : « Gianni Pittella‏Compte certifié @giannipittella  En présence @mariearenaps et @ckyenge, échanges avec SG adjoint @fidh_fr, @PaulNsapu4, pour nous confronter sur la situation dramatique en #RDC que, sous impulsion de notre Groupe, Parlement UE affrontera semaine prochaine à travers résolution d’urgence en session plénière ».

A l’issue de cette rencontre, l’italo-congolaise Kyenge expliquait pour sa part : « Cécile Kyenge‏Compte certifié @ckyenge Avec @giannipittella @Mariearenaps @fidh_fr sur la situation en #RDC. Dans les prochains jours, on aura une résolution d’urgence avec débat en plénière ! ».

La situation préoccupante de la RDC n’a jamais été aussi à l’agenda de tous. Des américains qui exigent la tenue des élections dans le délai prévu et la non représentation de Kabila aux européens qui réclament l’application de l’Accord signé entre pouvoir et opposition ; tous exigent la stabilité du pays. Après le gouvernement belge qui envisage de revoir sa coopération bilatérale avec son homologue congolais (gouvernement) pour plus de collaboration avec les associations sur place, c’est autour du parlement européen de s’en préoccuper.

Des sources renseignées expliquent que des pressions devront être faites pour des sanctions encore plus dures sur les gouvernants de Kinshasa, y compris des menaces de poursuites judiciaires auprès de la Cour Pénale Internationale (CPI).

Rendez-vous donc la semaine prochaine.

Roger DIKU / AFRIWAVE.COM

print

Partagez

shares