home Politique, RD Congo, Société RDC : Lamuka, une plateforme politique disputée à deux têtes

RDC : Lamuka, une plateforme politique disputée à deux têtes

Par groupe de deux, ils sont désormais quatre politiques à se disputer la coordination de la plateforme électorale Lamuka créée à Genève le 11 novembre 2018 en vue de soutenir une candidature commune de l’opposition lors de l’élection présidentielle de décembre 2018.

D’un côté le pragmatisme politique de Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba Gombo et leurs partis respectifs Ensemble et le MLC, de l’autre le jusqu’auboutisme du duo Martin Fayulu- Adolphe Muzito avec Ecidé et Envol. Le divorce entre les deux camps qui ne s’entendaient plus à défaut de se rencontrer semble aujourd’hui consommé.

Surtout que depuis l’arrivée au pouvoir de Félix Tshisekedi, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba sont partisans d’une opposition républicaine et une participation aux institutions ; Martin Fayulu et Adolphe Muzito campant sur leur position d’opposants à tout et contre tous inexplicable qu’incompréhensible.

« Les ambitions démesurées de certains amis entre autres Martin Fayulu secondé par Adolphe Muzito qui n’en ont ni la carrure ni les moyens ont fini par agacer et dévoyer l’objectif même de notre combat pour un nouveau Congo. A ce niveau, on ne peut les laisser ces personnes continuer de s’accaparer d’une idée commune de création de Lamuka jadis proposée par l’actuel Chef de l’Etat Félix Tshisekedi pour leurs intérêts égoïstes » explique très amer un proche de Martin Fayulu qui dit finalement avoir pris ses distances.

Et il poursuit comme en guise d’un avertissement clair : « Que ceux qui se prennent aujourd’hui pour des chevaliers blancs en jetant l’anathème et l’opprobre sur les autres en pratiquant un jeu malsain d’exclusion, fassent très attention au retour de la manivelle qui risque de faire très mal dans un avenir très proche car la politique n’est ni un jeu, encore moins une affaire tribale ».

Rupture finale

La rupture a été consommée fin 2020 lorsque Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba ont répondu à la vision du Président de la République Félix Tshisekedi pour une nouvelle coalition dans l’Union sacrée de la Nation. « Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba étant formellement alliés au pouvoir, ils se sont autoexclus de Lamuka » expliquait à qui voulait l’entendre Martin Fayulu.

Malgré leur entrée dans le nouveau gouvernement et leur participation dans les institutions, pour Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba ; il est hors de question de renoncer à Lamuka.

Dans son communiqué n°04/001/2021 daté de Lubumbashi le 10 avril 2021, Moïse Katumbi annonce sa « prise de fonction » en qualité de coordonnateur du présidium tournante pour une durée de six mois : « A la fin du mandat du coordonnateur en exercice [Martin Fayulu, NDLR], la passation des pouvoirs est automatique.  Elle n’est pas sujette à une cérémonie officielle…, et conformément au calendrier de rotation pour la coordination tournante fixé par le communiqué final du présidium de Lamuka le 11 octobre 220, Monsieur Moïse Katumbi exerce la coordination de la plateforme à partir de ce samedi 10 avril 2021 » peut-on y lire.

 Un communiqué immédiatement suivi d’un « message de félicitation au coordinateur de Lamuka Monsieur Moïse Katumbi » signé Jean-Pierre Bemba Gombo : « …Je vous présente au nom du Mouvement de Libération du Congo et au mien propre, mes vives félicitations. Je vous exhorte à poursuivre la mission que nous nous sommes assignés avec votre détermination et clairvoyance habituelles. Je puis vous assurer de mon entier accompagnement. Je ne doute pas un seul instant que votre mandat sera consacré à la poursuite des actions dans l’intérêt du peuple congolais » fin de citation. « Les ambitions démesurées et jusqu’au-boutistes de certains amis entre autres Martin Fayulu secondé par Adolphe Muzito ont fini par agacer et dévoyer l’objectif même de notre combat. A ce niveau, on ne peut les laisser s’accaparer d’une idée commune jadis proposée par l’actuel Chef de l’Etat Félix Tshisekedi pour leurs intérêts égoïstes » explique très amer un proche de Martin Fayulu qui a pris ses distances.

Et il poursuit comme en guise d’avertissement « Que ceux qui se prennent aujourd’hui pour des chevaliers blancs en jetant l’anathème sur les autres et en pratiquant un jeu malsain d’exclusion fassent très attention au retour de la manivelle qui risque de faire très mal dans un avenir proche car la politique n’est pas un jeu tribal ».

Pour un spécialiste de la politique congolaise, « Cette dualité inaugure bien la bataille de 2023 qui sera féroce entre les alliés d’hier et opposants de demain. Martin Fayulu a profité du soutien de tous en 2018 pour s’étoffer une posture politique malgré la taille minime de son parti Ecidé comme de son allié de circonstance Adolphe Muzito. Ce que Katumbi et Bemba n’accepterons jamais, même s’ils semblent aujourd’hui dépasser par leur créature ».

Roger DIKU et Thaddée Luaba Wa Ba Mabungi

print

Partagez

shares