home Diaspora, Politique, RD Congo, Société RDC : Fayulu à Bruxelles, une contestation improductive qui vire au ridicule !

RDC : Fayulu à Bruxelles, une contestation improductive qui vire au ridicule !

Martin Fayulu Madidi, candidat malheureux à la présidentielle du 30 décembre 2018 poursuit sa vadrouille devenue une contestation obsessionnelle comme dans un baroud d’honneur qui n’aboutira à rien. Après une mini-tournée à l’intérieur du pays dans quelques provinces qui lui étaient favorables, c’est à Bruxelles qu’il se trouve depuis quelques jours.

Si à son arrivée dans la capitale belge et européenne aucun des leaders de sa coalition Lamuka à l’instar de Moïse Katumbi ou Jean-Pierre Bemba n’était visible, c’est flanqué de son inconditionnel Adolphe Muzito qu’on l’a vu se faire accueillir par une poignée des congolais acquise à sa cause ; y compris la bande à Boketsu, spécialiste es-injures alors quil est l’incompétent de tous.

Devant les auditeurs de l’ULB comme ceux du Cercle de La Lorraine, les mêmes revendications : « sa vérité des urnes » et des propositions qu’il sait lui-même irréalisables notamment « recompter les voix de la présidentielle », ce qui est tard et non prévu dans la loi électorale. Mais aussi « réorganiser une présidentielle dans six mois » sans prouver de quels moyens financiers dispose-t-il pour ce faire.

A lire aussi : Martin Fayulu : Vers La Fin D’une Ambition Devenue Obsession https://www.afriwave.com/2019/02/15/martin-fayulu-vers-la-fin-dune-ambition-devenue-obsession/

Une obsession qui tourne au ridicule

On pensait l’homme politique Fayulu intelligent avec toutes les qualités qu’on lui vente mais l’obsession qui le hante le rend encore plus ridicule ; le pays s’étant échappé belle  de sa non élection comme président de la République. Comme pour se consoler de ses frustrations, il a excellé dans la distribution des qualificatifs et injures comme il en a depuis peu l’habitude sans en être inquiété dans le pays, l’instauration d’un État des droits oblige.

Dans un discours subliminal aux allures ésotheriques, l’appel au tribalisme est demeuré son faible, oubliant que ceux qui ont usé de la même méthode bien avant lui ont complétement échoué.

Après avoir qualifié le président Félix Tshisekedi de « faire valoir de Kabila », Fayulu s’était encore distingué avant de quitter Kinshasa. Dans son Twitte qu’il a depuis lors supprimé sans se dire que la capture d’écran existe, il traitait le président Félix Tshisekedi de « pantin » comme si lui était l’homme providentiel que le Congo attendait depuis longtemps.

Alors que ses propos tribalistes et de haine contre les Balubas ont laissé des traces dans le pays, Fayulu en a récidivé à Bruxelles devant des congolais médusés lors de sa rencontre de l’Université [maçonnique] libre de Bruxelles (ULB) en parlant du président de la République :  « Les Congolais de la diaspora membres de l’UDPS [sont des Luba qui] soutiennent leur frère ».

« Fayulu est passé à côté d’une belle occasion de sa taire. Y a-t-il crime quand un Muluba soutient Félix Tshisekedi et pas crime quand Muzito, Matungulu, Nshole, Monsengwo, Ndaywel et bien d’autres du Bandundu sont à fond derrière lui ? », s’interroge une congolaise sur Facebook.  

Dans l’opprobre qu’il se jette sans que personne ne l’ait précipité, l’homme Fayulu a fini par se discréditer : « Je peux donner un mot d’ordre pour déstabiliser la RDC», rien d’étonnant quand on sait que son colistier Muzito l’avait déjà annoncé et on en attend toujours les résultats.

A lire aussi : ÉLECTIONS-RDC : Quand Martin Fayulu traite le « président élu» Félix Tshisekedi de « faire valoir »… https://www.afriwave.com/2019/01/10/elections-rdc-quand-martin-fayulu-traite-le-president-elu-felix-tshisekedi-de-faire-valoir/

Enfin en parlant de ses « maîtres à penser », Fayulu explique sans coup férir : « Les Européens nous ont APPRIS les valeurs morales, les valeurs judéo-chrétiennes ». Ayant plus que déçu même s’il faut solliciter le soutien des blancs comme devant le Cercle de La Lorraine dans l’ancien château de Fond Roy ayant appartenu jadis à Mobutu dans la commune bruxelloise d’Uccle, il les a mis au-dessus des noirs, vantant les valeurs judéo-chrétiennes !

« Est-ce à dire qu’il reconnaît le rôle civilisateur de la colonisation et de l’esclavage ? Que diront de lui les Congolais qui ne sont pas chrétiens ? Avec Fayulu président, les chaînes de la colonisation et de l’esclavage, on va juste les repeindre en doré pour mieux se mettre au service des multinationales » conclut cette congolaise.

Décevant et énervant à la fois, ainsi aura été la mini tournée belge de Martin Fayulu en attendant la grande rencontre de Bruxelles, probablement le 23 mars courant avec ses amis de Lamuka qui sont entrain de prendre leur distance vis-à-vis de son combat obsessionnel pour sa « vérité des urnes ».

TSHIKUYI Tubabela à Bruxelles

print

Partagez

shares