home Analyses & Dossiers, Politique, RD Congo RDC : Quid du bradage du patrimoine du domaine privé de l’Etat congolais ?

RDC : Quid du bradage du patrimoine du domaine privé de l’Etat congolais ?

L’Etat congolais se fait-il dépouiller de ses plus beaux « bijoux de famille », c’est le moins que l’on se demande depuis qu’une « entreprise organisée » dans ce genre semble s’être mise en marche.  Ce sont des documents ayant fuités de la DGRAD transmis au ministre des Finances Henri Yav Mulang qui l’attestent en plein scandale qui phagocyte ce service de l’Etat (DGRAD).

Entre novembre 2016 et aout 2017, deux ministres successifs se sont illustrés particulièrement dans cette affaire qui sent l’odeur d’une vaste « corruption » et d’un détournement des biens publics à grande échelle au détriment de l’Etat : Omer Egwake Ya’Ngembe issu de l’opposition et Joseph Kokonyangi Witanene de la Majorité Présidentielle. Si le premier est « accusé d’avoir bradé de sang-froid « le patrimoine » du domaine privé de l’Etat, le second est quant à lui sommé de justifier une somme de 602.000 dollars issus de la vente d’un immeuble de l’Eta à un sujet indien.

De Kinshasa en provinces, des appartements, des immeubles, des maisons et autres villas du domaine privé de l’Etat ont été « désaffectés » par l’actuel et l’ancien ministre précités et sont illégalement revendus soit à des particuliers moyennant des « commissions occultes » si ce n’est à des proches. Le dernier de ces scandales concerne ce qui serait la « vente irrégulière » de l’immeuble UAC pilotée par Kokonyangi, le Ministre de l’Urbanisme et Habitat du gouvernement Tshibala.

Un petit « Tableau récapitulatif des acquéreurs » ayant pour source les documents DGRAD témoigne de la saignée dont est victime l’Etat congolais dans ce domaine avec une liste des « acquéreurs suspects » des immeubles spoliés de l’Etat (Tableau récapitulatif des acquéreurs / Source : Documents DGRAD) :

  1. KAMLESH SHUKLA, gérant de la société UAC SA – Adresse de l’immeuble spolié : Immeuble UAC, Kinshasa/Gombe, croisement des avenues Equateur et Nation.
  2. M. TIBASIMA MBONEGUEMU ATEENYI, Adresse de l’immeuble spolié : Villa n° 41, Avenue Lubefu, Kinshasa/Gombe.
  3. Mme Gradice NTANDU WANZAMBI, Adresse de l’immeuble spolié : Appartement 3/A immeuble ex-Assistance Technique Française, n° 14, Avenue de la Gombe.
  4. M. PANCRACE BOOTO NKONGWA, Adresse de l’immeuble spolié : Appartement 2/C immeuble ex-Assistance Technique Française, n° 14, Avenue de la Gombe.
  5. Mme Tyty MALUNGU KISOLOKELE, Adresse de l’immeuble spolié : Appartement 2/C immeuble ex-Assistance Technique Française, n° 14, Avenue de la Gombe.
  6. Mme Patience MAMPILA NSIMBA, Adresse de l’immeuble spolié : Appartement n° 4/C immeuble ex-Assistance Technique Française, n° 14, Avenue de la Gombe.
  7. M. Marcel PERO M. KOKPWANA, Adresse de l’immeuble spolié : Appartement n° 2/D immeuble ex-Assistance Technique Française, Avenue de la Gombe.
  8. Mme Jovith BOKAOZI MOKANGO, Adresse de l’immeuble spolié : Appartement n° 2 immeuble ex-Assistance Technique Française, Avenue de la Gombe.
  9. M. Bonaventure MAUTU BOLEKE, Adresse de l’immeuble spolié : Appartement n° 6/D immeuble ex-Assistance Technique Française, Avenue de la Gombe.
  10. M. KABAMBA KALONJI, Adresse de l’immeuble spolié : Appartement n° 1/C immeuble ex-Assistance Technique Française, Avenue de la Gombe.
  11. Chantal BONEMBE BOSONGOLA, Adresse de l’immeuble spolié : Immeuble situé sur l’avenue EALA n° 26 Ikongo Wassa Mbandaka, Equateur.
  12. YOMBA BOMBOLA, Adresse de l’immeuble spolié : Immeuble situé sur l’avenue EALA n° 16 Ikongo Wassa, Equateur.
  13. Ambassadeur BENE L-MPOKU, Adresse de l’immeuble spolié : Immeuble situé sur l’avenue Royal n° 16 C/Mbandaka, Mbandaka, Equateur.

Affaire Kokonyangi

C’est environs 602 144 USD que le ministre Kokonyangi, l’un des porte-paroles de la Majorité Présidentielle (MP) et membre influent du parti au pouvoir le PPRD devra justifier. Cette somme faisant partie de la transaction d’avec l’indien KAMLESH SHUKLA, gérant de la société UAC SA à propos de l’immeuble UAC, situé à Kinshasa/Gombe, croisement des avenues Equateur et Nation. Et dont le ministre Kokonyangi est signataire de la convention de cession de l’immeuble susmentionné au profit de la société UAC.

Expertisé à près d’un 1,554 million USD (valeur vénale), la note de perception n’indiquant que 956 851,78 USD tels que repris dans le procès-verbal d’expertise établi par les services du Ministère des Affaires Foncières. Pour Mme Maguy Sambi dans sa Note au Ministre des Finances, «la vente ou mieux la cession à titre onéreux d’un immeuble appartenant au domaine privé de l’Etat n’est pas un acte prévu par les textes susmentionnés ». Cela relève du Ministère des Affaires Foncières qui, visiblement, a été exclu de cette opération et pourquoi, surtout lorsqu’on qu’en matière de gestion immobilière, les compétences de la DGRAD ne se limitent qu’à un seul acte, à savoir : « les droits de location des maisons du domaine privé de l’Etat ». Raison du reste du refus de la DGRAD de percevoir les revenus de cette opération qu’elle considère comme « illégale et forcée ».

N’est-il pas grand temps que les auteurs de ce « bradage » répondent de leur forfait par des sanctions à la hauteur de leurs méfaits ?

print

Partagez

shares