home Politique, RD Congo, Société RDC : Une nuit de tous les dangers, Internet et SMS censurés

RDC : Une nuit de tous les dangers, Internet et SMS censurés

Alors qu’il ne reste que quelques heures vers le matin du 31 décembre 2017 avec la marche programmée du Comité Laïc de Coordination (CLC) des chrétiens catholiques, c’est une nuit de veillée d’armes avec tous les dangers possibles sur l’ensemble du pays. De Goma à Kinshasa, l’on redoute un « chaos » organisé avec des troubles voulus pour dissuader plus d’un Congolais de sortir de chez lui et venir manifester. On en a vu l’exemple à Goma où des coups de feu ont retenti toute la nuit de vendredi à samedi.

Le régime paniqué par ce qui pourra en advenir de la marche des chrétiens qu’on tient à empêcher qu’elle ne se déroule ne sait plus à quel service se fier. Déjà ce soir, des accrochages sont signalés à travers la ville-capitale avec la police qui tentent d’empêcher les chrétiens d’accéder aux églises tout comme à certains militants de se rendre sur les lieux des rencontres politiques tenues dans un cadre privé.

Ainsi, selon Abraham Luakabuanga. Secrétaire National Adjoint du DCIM de l’UDPS et Porte-Parole du Président Felix Tshisekedi ; « Le Président du Rassemblement vient de se faire agresser par la Police alors qu’il clôturait une rencontre politique ce samedi 30 décembre 2017 dans la Commune de Bandalungwa. Plusieurs personnes ont subi des traumatismes corporels. Nous dénonçons cette attitude despotique des forces de la Police Nationale sensées protéger les citoyens et leurs biens ».

Information confirmée par notre confrère Michée Mulumba, Attaché de presse de Félix Tshisekedi chez nos confrères d’actualite.cd : « Comme nous l’avons fait à Mikondo et à Masina, nous étions à Bandal Synkin dans une parcelle avec une centaine de militants. Pendant que Félix Tshisekedi sensibilisait, une vingtaine de policiers ont fait irruption et ont demandé à tous les militants de sortir. Face à leur refus, les policiers les ont d’abord brutalisés physiquement avant d’utiliser du gaz lacrymogène. Il y a eu débandade. Certains militants ont même escaladé les murs ».

D’autres parts, l’on signale des mouvements des troupes de l’armée, de la police et voir des blindés vers certains points stratégiques de la capitale, y compris devant certaines paroisses catholiques en vue d’y empêcher tout accès possible. A Lemba par exemple, une commune excentrée de Kinshasa ; la paroisse St Benoit a été assiéger ce soir et le prêtre menacé par les forces de l’ordre. Mais c’était sans compter avec la détermination des fidèles qui se sont interposés face à la tentative d’enlèvement de leur curé par policiers.

Internet et SMS censurés

Emery Okundji Ndjovu, ministre de PTT et frère du président du CNSA Joseph Olenghankoy a adressé une lettre datée du 30 décembre 2017 aux opérateurs et autres fournisseurs de services de télécommunications pour que les SMS et Internet soient mis sous éteignoir.

Le dissident opposant aujourd’hui face à la réalité de l’exercice du pouvoir dans un régime autoritaire explique sa décision ubuesque par une nécessité de « sécurité d’Etat » : « Pour des raisons de sécurité d’Etat et ce, conformément au prescrit de l’article 46 de la loi cadre n°012/2002 du 16 octobre 2002 sur les télécommunications en République Démocratique du Congo, il vous est demandé de suspendre à partir de ce samedi 30 décembre 2017 à 18h heures jusqu’à nouvel ordre la fourniture de services ci-après : SMS, Internet ».

Le ministre espère « la levée ou la poursuite de sa mesure en 2018 », une fois l’orage qui plane sur leur pouvoir sera passé : « Une réunion d’évaluation de l’exécution de cette mesure sera tenu ce lundi 1er janvier 2018 à 13 heures précises à mon cabinet afin de décider éventuellement de sa levée ».

Luaba Wa Ba Mabungi

print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *