home Politique, RD Congo, Société RDC : La CENI épinglée pour l’incohérence de ses dépenses par un rapport des ONG

RDC : La CENI épinglée pour l’incohérence de ses dépenses par un rapport des ONG

A moins de 100 jours de la tenue du probable triple scrutin législatives, présidentiel et provincial du 23 décembre 2018 ; des sérieux problèmes subsistent dans le camp de la CENI au risque d’engendrer des fortes contestations au lendemain des élections.

Ce sont surtout les questions d’un manque de consensus sur la machine à voter non prévue par l’actuelle loi électorale et que l’on impose de force, mas aussi et surtout le fichier non toujours extirpé de près de ses 10 millions des faux électeurs avec ou sans empreintes digitales incomplètes.

Comme si cela ne suffisait pas, ces deux derniers mois ; un groupement de 12 organisations de la société civile spécialisées dans les questions de finances publiques s’est penché sur cette problématique. Ces ONG ont entre autres cherché à savoir comment la CENI utilise les moyens misent à sa disposition et le constat de l’observatoire de la dépense publique est accablant : il y a un manque de respect des procédures de passation des marchés prévues par la loi dans le chef de la CENI.

Pendant deux mois, l’on a épluché une vingtaine des documents publics : plans de passation des marchés publics, rapport de l’autorité de régulation des marchés mais aussi des rapports de la Commission Electorale Nationale Indépendante sur ses dépenses effectuées.

Un certain nombre d’incohérences ont été constatées, notamment lorsque la CENI déclare avoir dépensé 168 mille dollars américains de plus que ce que le Gouvernement lui a octroyé comme budget entre 2014 et 2017. Comment un tel écart est-il possible s’interroge les associations.

Pour Valéry Madianga, porte-parole de l’Observatoire de la dépense publique ; ce non-respect des procédures est inquiétant : « Il n’y a pas de transparence, nous n’avons vu aucun dossier d’appel d’offres de la CENI. La commission électorale ne respecte pas les règles de transparences comme la loi le réclame en RDC », indique cette structure qui en appelle au parlement à auditer la CENI sur l’utilisation des fonds alloués aux opérations électorales. Elle demande aussi au Gouvernement de limiter le recours aux autorisations spéciales pour attribuée un marché à une entreprise sans appel d’offres proprement dit.

De son côté, la CENI interpellée pour réagir aux conclusions de ce rapport, n’a dit jusque-là aucun mot sur ce constat.

Jack Katson Maliro

print

Partagez

shares