home Politique, RD Congo, Société Beni : Découverte de 14 corps sans vie à Mayangose, la complaisance du gouvernement condamnée

Beni : Découverte de 14 corps sans vie à Mayangose, la complaisance du gouvernement condamnée

Quatorze corps sans vie ont été découverts à Tubameme vers Mayangose en territoire de Beni. C’est ce que rapporte l’ONG Convention pour le Respect de Droits Humains, CRDH. Selon cette source, le fait remonte au mardi 07 août 2018.

Il s’agit de douze hommes et deux femmes. Le CRDH ajoute que ces corps seraient ceux des personnes kidnappées dans une huilerie de la place depuis le jeudi 02 aout 2018 et condamne que des tueries inacceptables se passent en présence des milliers de militaires et des casques bleues de la MONUSCO dans la région. Cette organisation dénonce également « un climat de terreur instauré pour faire taire des voix qui dénoncent cette insécurité grandissante » et en appelle aux institutions internationales à se pencher véritablement sur ces massacres qui n’ont fait que trop durés.

Attaque à Kasinga

La position des FARDC de Kasinga vers Mayangose en commune Ruwenzori, au Nord-Est de la ville de Beni a été attaquée vers 13 heures hier mercredi 08 août 2018. La nouvelle a été communiquée par la Coordination Provinciale de la Société Civile du Nord-Kivu qui ne dit rien du bilan dans sa déclaration d’alerte relative à cet acte criminel.

La même source rappelle que ce énième assaut a été enregistré au lendemain de la découverte macabre de 14 corps des civils enlevés jeudi 02 août 2018 dans le bas-fond de Mayangose. Au regard des traces et des signes qui ont été observés sur les cadavres, ces civils auraient été tués par brûlis à huile surchauffée à une température très élevée.

Pendant ce temps, 8 autres personnes ont été enlevées lundi 06 Août 2018 au quartier Kalau, en commune Beu et demeurent jusqu’à présent introuvables. La société civile Forces Vives du Nord-Kivu qui condamne ces faits, s’indigne de la complaisance du gouvernement congolais qui ne parvient pas à mettre un terme à l’activisme des groupes armés.

Elle exige des enquêtes sérieuses pour identifier les auteurs de ces crimes qu’elle qualifie de crime de guerre et crimes contre l’humanité. Elle demande à la MONUSCO de s’impliquer, non seulement dans la traque des ADF et autres groupes armés, mais aussi de faciliter les enquêtes internationales et indépendantes qui permettront de découvrir les auteurs et toutes les personnes impliquées dans les massacres de Beni.

Jack Katson Maliro

print

Partagez

shares