home Politique, RD Congo, Société KINSHASA : Les cinq militants de FILIMBI exigent leur libération

KINSHASA : Les cinq militants de FILIMBI exigent leur libération

Les Activistes du Collectif FILIMBI incarcérés dans la Prison Centrale de Makala seront fixés sur leur demande de libération provisoire ce jeudi 14 juin 2014. Ca sera lors de la chambre du conseil qui se tiendra dans l’enceinte même du pénitencier à 14h00’ et au cours de laquelle il sera question d’acceptation ou de prolongation de leur détention, mais pour eux ; ni plus ni moins, ils exigeront leur liberté.

C’est depuis le samedi 09 juin courant que les militants de FILIMBI ont été écroués à Makala sur décision du magistrat du parquet de Gombe au motif « d’offense au chef de l’Etat Joseph Kabila, d’atteinte à la sûreté de l’Etat et d’incitation à la désobéissance ». Une infraction que Carbone Beni, le Coordonnateur chargé des réseaux FILIMBI et ses quatre collègues d’infortune Cédric Kalonji, Grâce Tshionza, Mino Momponi, Dickson Mputu ont toujours contestés.

Lire aussi : KINSHASA : Les Activistes de FILIMBI écroués à la Prison Centrale de Makala http://www.afriwave.com/2018/06/10/kinshasa-les-activistes-de-filimbi-ecroues-a-la-prison-centrale-de-makala/

Une contestation du reste relayée par leurs avocats-conseils qui ont fini par introduire « une requête de demande de liberté provisoire pour chacun d’entre eux » alors « qu’ils ont fait l’objet d’une détention arbitraire et illégale pendant plus de 6 mois » ; mais aussi et surtout pour cause de leur « mauvais état de santé général ».

L’on se rappellera que les cinq activistes avaient été appréhender alors qu’ils participaient à la sensibilisation de la population dans la ville capitale et province de Kinshasa la veille du début des manifestation programmées par le Comité Laïc de Coordination (CLC). Ces protestations pacifiques ayant pour objectif la demande d’une application intégrale des Accords de la Saint-Sylvestre 2016 entre l’opposition et le pouvoir pour la tenue des élections.

Après six mois de de détention dans les cachots de l’ANR et dans des conditions d’un autre âge, les militants de FILIMBI avaient été transférés au Parquet Général de la Gombe le 06 juin et ils avaient comparu devant un magistrat lors d’une audition sommaire le 08 juin. S’étant dessaisi au profit d’un autre, le samedi 09 juin sans comparaître devant ce nouveau magistrat ; les activistes seront directement transférés à la prison de Makala.

Il nous revient qu’en cet endroit, ils ont été encore une fois de plus placés dans des conditions insupportable pour leur premier jour la nuit de samedi 09  à dimanche 10 juin. Le Coordonnateur Carbone Beni par exemple a été mis dans l’un des pavillons les sales et  insécurisé de cette prison alors qu’il a été opéré au ventre durant sa détention à l’ANR. Sa plaie n’étant pas encore complètement cicatrisée de l’intérieur, il commencerait à avoir des douleurs abdominaux alors que les médecins lui avait prescrit un repos médicale de 3 mois.

L’opinion attend avec impatience une seule décision : la remise en liberté sans conditions de ces jeunes militants pacifistes, enjoignant ainsi  les juges à se mettre en dehors des influences politiques pour n’appliquer que le « Droit ».

Leur maintien en détention serait un très mauvais signal après qu’ils soient incarcérés au secret six mois durant sans audition ni procès dans les cachots de l’Agence Nationale des Renseignements (ANR). C’est du reste ce que plaidera Me Hervé Diakiese, membre du collectif des avocat de la défense sous la coordination de Me Jacquemain Shabani.

Lire aussi : KINSHASA : Les cinq Activistes de FILIMBI finalement devant un juge http://www.afriwave.com/2018/06/08/kinshasa-les-cinq-activistes-de-filimbi-finalement-devant-un-juge/

Les Activistes, les Mouvements Citoyen et la Société Civile de la RDC fâchés

Face à ce qui apparait comme un acharnement politico-judiciaire de la part du régime Kabila contre les jeunes, des Activistes, des Mouvements Citoyen et la Société Civile de la RDC sont plus que remontés. Un collectif dénommé To Telema (mettons-nous Debout) entend dénoncer fermement ce qu’il considère comme une « dérive autoritaire » lors d’un meeting populaire ce samedi 14 juillet 2018 qui se tiendra sur le Terrain Waya Waya, Quartier Kingabwa dans la commune de Limete.

Pour un des Coordonnateurs du Mouvement Citoyen Kongo Alerte qui fait partie de ce groupement, « Le temps est venu d’adresser une mise en garde sévère au régime Kabila qui croit briser les jeunes en les emprisonnant comme nos camarades de FILIMBI ou en les assassinant comme le cas Luc Nkulula de La LUCHA ou encore Rossy Tshimanga Mukendi… Au contraire, ce régime renforce notre détermination à lui barrer la route par tous les moyens pacifiques  possibles en notre possession pour l’émergence d’un Congo nouveau ».

To Telema entend réclamer la libération des activistes et des jeunes détenus sans audition ni procès depuis des mois, mais aussi lancer sa campagne pour « une transition politique sans Kabila » pour qui un 3ème mandat ne serait pas le bienvenu.

Dans l’urgence qui s’impose, La Nouvelle Voie pour la Relève du Congo Nouvorco en sigle, voudrait que les activistes et autres militants soient nombreux cet après-midi dans la prison de Makala lors de l’audience publique de cette chambre d’appel en guise de soutien à leurs camarades de FILIMBI.

Luaba Wa Ba Mabungi

print

Partagez

shares