home Politique, RD Congo POLITIQUE : Entre Modeste Bahati et Joseph Kokonyangi, c’est Fini !

POLITIQUE : Entre Modeste Bahati et Joseph Kokonyangi, c’est Fini !

On s’avait l’électricité dans l’air entre les deux fortes têtes de L’ Alliance des Forces Démocratiques du Congo (AFDC), parti politique membre de la Majorité Présidentielle (MP) au pouvoir. C’est une correspondance lapidaire datée du 06 juin 2018 courant signée Modeste Bahati Lukwebo adressée au Vice-premier ministre, Ministre de l’Intérieur et Sécurité , le PPRD Henri Mova qui vient presque officialiser le divorce entre les deux amis d’hier en « constatant l’auto-exclusion » du parti de Kokonyangi. Copies de la même lettre étant réservées à Joseph Kabila, autorité morale de la Majorité présidentielle (MP), au SG de la MP Aubin Minaku pour n’en citer que ceux-là.

Cela faisait un bon bout de temps qu’entre les deux hommes politiques, pourtant tous deux ministres  du gouvernement actuel dirigé par Bruno Tshibala ; une espèce de dispute du  leadership au sein de leur parti s’était exacerbé. Bahati qui se dit « Initiateur, Président National élu et Autorité Morale » cherchant à prendre un « semblant de liberté » vis-à-vis de la MP avec certaines prises de positions ambiguës; Kokonyangi se faisant valoir comme le « serviteur zélé » de la même MP et par ricochet du président Joseph Kabila au travers de certaines déclarations parfois ahurissantes.

Dans ladite lettre annonçant son auto-exclusion pour ne pas dire son départ, il est reproché à Joseph Kokonyangi entre autres « la non-participation aux activités du parti préférant s’afficher de plus en plus dans des rencontres politiques aux côtés des autres partis politiques ou regroupements, s’éloignant ainsi de sa propre formation politique dont il ne semble plus attacher son attention ; son implication directe et active dans la démobilisation des militants et cares de notre parti ; le défaut de cotisations ».

Vis-à-vis de Kokonyangi, Bahati dénonce également ce qu’il considère comme « l’organisation de son indisponibilité prolongée au détriment du Parti par la mise sur pied d’un mécanisme d’inaccessibilité même à l’endroit de l’Initiateur et Autorité Morale que je suis, alors qu’en sa qualité de 3ème Vice-président national, il lui revient de faire montre de disponibilité permanente » . Enfin il lui est relevé son « refus catégorique de répondre à l’invitation lui lancée par moi-même en date du 12 mars 2018 en mes qualités de président élu, Initiateur et Autorité Morale du Parti en vue de me fournir les éléments justifiant le désintéressement accru aux activités du Parti ».

Au vu tout ce qui précède, « l’intéressé s’est placé dans la position d’auto-exclusion et ne peut plus engager ni représenter le parti » ; de même «  il lui est retiré ; à titre conservatoire, les fonctions de 3ème vice-Président National de l’AFCD » conclut la lettre.

La réponse de la bergère

Il n’aura pas fallu attendre trop longtemps pour que la réponse de la bergère tombe. Kokonyangi rappelle à Bahati qu’il n’a « qu’un seul maître qu’il sert qui est Kabila », qu’il est « le chef de Bahati à la Majorité Présidentielle » en sa qualité de SG adjoint. Le ministre de l’Urbanisme et l’Habitat se considère toujours membre de l’AFDC dont il se dit « cofondateur » à l’instar de Bahati dont il dit qu’il se « perd et que le temps va le récupérer parce qu’on est plus à l’époque de Mobutu ».

Luaba Wa Ba Mabungi

print

Partagez

shares