home Politique, RD Congo Obsèques d’Etienne Tshisekedi : Un Accord entre Famille, Gouvernement et l’UDPS finalement trouvé !

Obsèques d’Etienne Tshisekedi : Un Accord entre Famille, Gouvernement et l’UDPS finalement trouvé !

Plus d’un an après son décès inopiné le 1er février 2017 en Belgique, un compromis aurait été trouver entre la famille d’Etienne Tshisekedi, son parti l’UDPS et le gouvernement congolais pour la mise en place d’une commission mixte en vue du retour au pays de sa dépouille à Kinshasa dans le cadre de l’organisation effective des obsèques du défunt chef de l’opposition.

Même si aucune date exacte n’y est déterminée, un communiqué conjoint en deux pages a été rendu public ce samedi 21 avril 2018 et cosigné par son frère Mgr Gérard Mulumba, le SG de l’UDPS Jean-Marc Kabund, le ministre de l’Intérieur congolais Henri Mova Sakanyi.Autres signataires dudit document, le gouverneur de la ville-capitale province Kinshasa André Kimbuta Yango et Joseph Olenghankoy Mukundji en qualité de témoin.

Avec l’entente trouvée, le régime de Kinshasa aura réussi son coup pour redorer tant soi peu son image écornée par cette affaire devenue un scandale d’Etat.

 

Relancées le 03 mars 2018 par le Conseiller spécial de Kabila en matière de Sécurité Me Mbuyu et le président du CNSA Joseph Olenghankoy, les discussions ont finalement abouti à ce compromis où toutes les modalités pour le rapatriement et les obsèques du leader de l’opposition dans son pays.

A la lecture de ce document, rien n’a changé sur les propositions faites en son temps par le même régime quant à la tenue des obsèques de l’illustre disparu même si le lieu de sépulcre faisait encore l’objet d’âpres discussions. L’inconnu demeurant toujours ce que sera la réaction de la population le jour des obsèques, cause que redoutait également le régime en cette période de grave crise politique dans le pays.

Ainsi la commission ad hoc sera-t-elle composée de 9 membres à raison des 3 personnes pour chacune des composantes. La signature du communiqué sanctionne ainsi les discussions entamées le 3 mars 2018. La commission ad hoc sera composée de neuf membres en raison de trois pour chaque partie sera présidé par le ministre Mova. « L’Etat congolais prenant en charge tous les frais relatifs à l’organisation des obsèques de l’ancien Premier ministre » Tshisekedi.

Le Palais du Peuple est retenu comme « lieu d’exposition du corps pour les recueillements ainsi que les hommages officielles et populaires » pendant au moins 48 heures alors que le corps reposera pour de bon dans la « concession familiale située dans la commune de la N’Sele ». « Un avion spécial sera dépêché à Bruxelles pour ramener la dépouille et les membres de la famille s’y trouvant » souligne le document.

Pour la bonne tenue durant cette période, les trois parties « invitent les forces vives politiques et sociales ainsi que toutes les couches sociales de la population à observer, conformément aux coutumes en pareilles circonstances, une trêve politique ». Ceci pour éviter « toute récupération politique par les propos, gestes et actes de nature à perturber l’organisation harmonisée de ces funérailles ».

Pour terminer, les parties signataires du communiqué s’engagent à l’exécution du programme tel que convenu.

 

Du rapatriement du corps

Pour Mgr Gérard Mulumba, représentant de la famille ; le rapatriement effectif du corps de son frère pour les obsèques à Kinshasa dépendra de la durée des travaux des travaux d’aménagement de l’espace prévu pour l’enterrement dans la concession familiale de la commune de la N’Sele tel que proposé quelques mois auparavant : « Une date ne se décide pas comme ça en l’air. Il faut voir l’état d’avancement des travaux préparatoires du terrain où on va inhumer le défunt, ces travaux n’étant pas encore commencés.  Nous espérons que d’ici une semaine ça peut commencer et alors on verra. Ça dépendra des gens qui vont travailler. C’est à eux de nous dire combien de temps ça va prendre. Le pays a des problèmes mais nous pensons que nous trouverons de l’argent ».

Luaba Wa Ba Mabungi et Roger DIKU

print

Partager

shares