home Politique, RD Congo, Société RDC : La CENCO plaide pour une certification de la « Machine à voter » et une juste paix dans le pays

RDC : La CENCO plaide pour une certification de la « Machine à voter » et une juste paix dans le pays

Au cours d’un point de presse tenu ce matin à son siège de la Gombe et animé par son SG et porte-parole l’Abbé Donatien Nshole, la CENCO s’est dit préoccupée sur « les Enjeux sociopolitiques actuels » du pays, notamment sur le « processus électoral » en cours.

A huit mois de l’échéance pour la triple élection du 23 décembre 2018, la CENCO constate une mise en œuvre presque sélective « des préalables exigés » par l’Accord politique global et inclusif de la Saint-Sylvestre 2016 ; principalement du « parachèvement des mesures de décrispation » politique. Ce qui risque de « compromettre et hypothéquer des élections, unique voie de sortie de la crise actuelle » note la hiérarchie catholique.

La CENCO souligne également ce « manque consensus autour de l’utilisation de la machine à voter proposée par la CENI » et réitère sa demande d’une « certification par des experts nationaux et internationaux afin de trouver un consensus capable de rassurer toutes les parties prenantes sur le volet technique et sur le volet juridique ».

Redoutant une résurgence et une « montée des tensions identitaires et l’instrumentalisation de la justice pour des règlements des comptes politiques » la CENCO se dit aussi préoccupée par « le débat engagé sur la problématique de la double nationalité » en cette veille des élections. Aussi rappelle-t-elle que « personne n’est au-dessus de la loi qui doit être appliquée de manière impartiale » pour tous.

Le point de presse de la CENCO intervenant le même jour que la Conférence des donateurs pour juguler tant soi peu la crise humanitaire dans le pays à Genève en Suisse, l’Eglise catholique qui se dit peinée déplore « malheureusement le surchauffe » constaté dans « la coopération entre le gouvernement de la RDC et la communauté internationale » pour « l’intérêt du peuple congolais ». La CENCO dit également plaider pour que le « soulagement de la souffrance du peuple soit mis au-dessus des revendications politiques que peuvent avoir les uns et les autres ».

Revenant sur le cri de cœur de l’Evêque de Goma, Mgr Théophile Kaboy au lendemain de l’assassinat et des obsèques de l’Abbé Etienne Nsengiyumva ; la CENCO reste préoccupée sur « le fait que les prêtres soient pris comme cibles » et demande aux « gouvernement congolais d’assumer ses responsabilités pour sécuriser toute la population et ses biens ».

Luaba Wa Ba Mabungi

print

Partagez

shares