home Politique, RD Congo RDC / NAMUR : Le Conseil National de Transition Citoyenne en RD Congo (CNTC) a tenu son Congrès

RDC / NAMUR : Le Conseil National de Transition Citoyenne en RD Congo (CNTC) a tenu son Congrès

La marche pour et vers la mise en place imminente d’une structure des animateurs d’une Transition Citoyenne en RDC tient son idée. « L’UNION DES MOUVEMENTS CITOYENS POUR LA TRANSITION ET LE CHANGEMENT EN RD CONGO, L’excellence pour la Renaissance de la République Démocratique du Congo », fut le thème d’un weekend studieux par des Congolais de la diaspora le samedi 24 février 2018 à Namur en Belgique.

Pour les organisateurs de cette rencontre baptisée CONGRES CONSTITUTIF DU CONSEIL NATIONAL POUR LA TRANSITION CITOYENNE (CNTC), leur initiative faisait suite « aux diverses actions des Mouvements citoyens, notamment au Manifeste du Citoyen Congolais et, en soutien aux marches pacifiques des chrétiens catholiques organisées par le « Comité Laïc de Coordination » (C.L.C.), le « Groupe Epiphanie » et la Plateforme « Dynamik Congo & Alliés ».

Lire aussi EXCLUSIF RDC : Le Conseil National pour la Transition Citoyenne (CNTC) est né, un congrès attendu en février à Bruxelles [DOCUMENTS] http://www.afriwave.com/?p=7179

Le déroulé de la journée avait été subdivisé en quatre parties à savoir « la présentation des Mouvements citoyens invités et présents », les « Thématiques sur l’excellence pour la renaissance du Congo », les « travaux en commissions » au libre choix des participants et enfin la « Restitution, Propositions des Résolutions et Clôture par M. Athanase Mapesa, Président de Dynamik Congo & Alliés ASBL. L’accueil, l’approbation du programme du jour et Introduction ayant été assurés par l’Abbé Joseph Muaka, Président du Groupe Epiphanie Belgique et la modération ayant été assurée par le Pasteur Professeur Félix Mutombo Mukendi.

En Commissions, les participants sont revenus sur quatre thématiques à savoir dans la Commission A : La Charte de la Transition Citoyenne – Institutions et fonctionnement sous la supervision du prof. A. Mbata, la Commission B : Le Financement de la Transition et l’organisation logistique des élections démocratiques avec M. Benjamin Stanislas Kalombo, la Commission C : La sécurisation du pays pendant la Transition et la Restructuration de l’armée par M. Joefree Likungu, la Commission D : Les Bases d’un vrai changement démocratique et de Développement de la RDC  avec M. Roger Puati.

Les personnalités, les Mouvements Citoyens et les Associations représentés au Congrès, ont exprimé leur détermination à poursuivre le combat démocratique jusqu’à la libération totale du peuple congolais. Un comité de suivi veillera à la poursuite des contacts et des travaux.

LES RESOLUTIONS

Cinq grandes résolutions principales ont été retenues au cours de cette journée marathon eu égard « à la grave crise » poliotique devenue instistuitionnelle que traverse le pays avec la non tenue des elections et le maintien de Joseph Kabila au pouvoir dès lors que son deuxième et dernbiuer mandat constitutionnel a expiré le 19 decembre 2016.

A cet effet, la Societé civile et les Mouvements citoyens congolais ont-ils entrepris des diverses actions, notamment avec « les marches pacifiques organisées par le Comité Laïc de Coordination (CLC) et celles tneus par « la diaspora congolaise  à trvaers le monde, l’elaboration et la signature du « Manifeste du Citoyen congolais » de Paris aujoud’hui « approuvé » par une majorité des compatriotes congolais et la publication des « documents de base pour une transition citoyenne » sans Joseph Kabila par « Dynamik Congo & Alliés » depuis Bruxelles.

La première résolution insiste pour l’option d’une « Mise en place urgente de la Transition sans Kabila sur base de l’article 64 de la Constitution ». Il s’agira ici d’organiser une « Transition sans Joseph Kabila » à la tête du pays afin de le sortir de sa crise actuelle. Pour cela, l’on propose que cette « transition citoyenne prenne trois ans maximum » avec pour mission de « stabiliser la situation sécuritaire, socio-économique, de poser les bases solides d’un Etat de droit. Les animateurs de cette période transitoire « perdant de facto le droit d’être candidat » aux différentes échéances électorales à venir.

La deuxième résolution est un « Appel à la Communauté internationale, aux puissances étrangères et aux sociétés multinationales de cesser toute coopération avec le régime   illégal et illégitime de Joseph Kabila ». UN constat pourtant est fait sur : « l’illégitimité de toutes les institutions » du pays en commençant par Joseph kabila dont « aucune disposition constitutionnelle ne prévoit son maintien au pouvoir » et que l’Accord de la Saint-Sylvestre qui régissait les institutions a expiré le 31 décembre 2017. Le Conseil National de Transition Citoyenne en RDC (CNTC) préconise-t-il auprès des institutions internationale, africaine et aux partenaires « de cesser toute collaboration avec le régime devenu illégitime incarné par Joseph Kabila ».

La troisième résolution insiste sur une « Demande d’ouverture urgente d’enquêtes par la CPI sur les graves violations des droits de l’Homme en RDC, de suspension du pays comme membre du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU et sanctions ciblées contre Joseph Kabila, les membres de sa famille et d’autres responsables de violations des droits de l’homme et du blocage du processus démocratique ».

La quatrième résolution est un « Appel à l’unité et à la solidarité des Forces Acquises au Changement Démocratique en RDC » pour le destin national en jeu. Une « urgence » étant proposé pour « oublier les querelles mineures » en vue d’être ensemble et plus fort.

La cinquième résolution concluant sur un « Engagement à poursuivre le combat jusqu’à la Libération totale du peuple Congolais » avec la mise sur pied d’un Comité de suivi devant veiller à la « poursuite des contacts et des travaux ».

Lire aussi : EXCLUSIF RDC : Le Conseil National pour la Transition Citoyenne (CNTC) est né, un congrès attendu en février à Bruxelles [DOCUMENTS] http://www.afriwave.com/?p=7179

Roger DIKU

print

Partagez

shares