home RD Congo, Société Kinshasa : Mgr Fridolin Ambongo, Archevêque Coadjuteur de Kinshasa présenté aux fidèles catholiques

Kinshasa : Mgr Fridolin Ambongo, Archevêque Coadjuteur de Kinshasa présenté aux fidèles catholiques

C’est une de rares joyeuses cérémonies de l’Eglise Catholique depuis la fin de l’année dernière 2017 et le début de celle-ci 2018 avec la présentation officielle aux fidèles catholiques de Mgr Fridolin Ambongo Besungu, Archevêque Coadjuteur de Kinshasa. C’était au cours d’une célébration eucharistique célébré par le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya hier samedi 11 mars 2018 en la cathédrale Notre Dame du Congo de la commune de Lingwala.

A son arrivée dans la capitale le samedi 03 mars courant alors que le Cardinal Monsengwo se trouvait encore à Rome pour la réunion de C9 dont il est membre autour du Pape François, l’ancien Archevêque de Mbandaka-Bikoro avait été accueilli par les trois évêques auxiliaires de Laurent Cardinal Monsengwo Pasinya, archevêque métropolitain Kinshasa en l’occurrence Messeigneurs Edouard Kisonga, Jean-Pierre Kwambamba et Donatien Bafuidinsoni qu’accompagnaient plusieurs prêtres et consacrés de l’archidiocèse. La cérémonie ayant eu lieu à la paroisse Saint Raphaël de Limete.

Lire aussi : Eglise Catholique du Congo : Mgr Fridolin Ambongo nommé Évêque Coadjuteur de l’Archidiocèse de Kinshasa http://www.afriwave.com/?p=7483

C’est le mardi 06 février dernier que le pape François avait Archevêque Coadjuteur de Kinshasa Mgr Fridolin Ambongo Besungu en vue de seconder l’Archevêque métropolitain Laurent Cardinal Monsengwo dans sa mission pastorale à Kinshasa.

Dans son discours de réponse, Mgr Ambongo a qualifié sa prise de fonction de « modèle de transition » ; surement en référence à la grave crise politique devenue institutionnelle que traverse le pays actuellement faute d’une transition pacifique du pouvoir. L’Eglise catholique avec l’Archidiocèse de Kinshasa ainsi que la CENCO étant impliqué dans les revendications du Comité Laïc de Coordination(CLC) au travers des marches pacifiques des 31 décembre 2017, 21 janvier et 25 février 2018 qui ont connu des morts parmi les manifestants.

Décrivant sa mission dans la capitale comme celle de « l’évangélisation », Mgr Ambongo emprunte les paroles de l’Evangile de Luc 4 : 18, 19 qui disent : « l’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres ; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour publier aux captifs la liberté et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés et pour publier l’année favorable du Seigneur ». Tout un programme… pour tous ceux qui le croyait conciliant.

Evêque atypique qui n’a pas toujours sa langue en poche et surnommé « l’homme à moto » pour ses nombreux déplacements à moto à l’intérieur de ses territoires ecclésiastiques, il a épinglé sa mission comme celle du « salut intégral » qui implique « les dimensions spirituelle, économique, matérielle et politique » ; tout en se disant « être le pasteur de tout le monde sans exception ». L’Archevêque Coadjuteur a également rappelé que lors de son ordination épiscopale en 2005, il avait placé son ministère sous le signe de la lumière, « la lumière qui sait distinguer le vrai du faux, le bien du mal ».

Lire aussi : Mgr Fridolin Ambongo Besungu : Un Évêque « Coadjuteur » aussi trempé que Joseph Malula et Laurent Monsengwo http://www.afriwave.com/?p=7528

Un Archevêque rebelle ?

Déjà jeune étudiant alors qu’il n’a que 24 ans, avec trois de ses condisciples ils sont expulsés d’un bureau de vote le 29 juillet 1984 à Bwamanda, actuelle province du Sud-Ubangi ; pour avoir réclamé « bulletin rouge » lors d’une élection présidentielle où Mobutu était candidat unique à sa réélection. Les Zaïrois d’alors n’ayant qu’un seul choix entre deux bulletins : le vert pour le président-maréchal, et le rouge contre.

Plusieurs années plus tard, en mai 2016, Mgr Ambongo accepte d’aller témoigner à La Haye, aux Pays-Bas devant la Cour Pénale internationale (CPI), en faveur de Jean-Pierre Bemba  alors même que certains de ses proches dont les amis l’ont trahi : « À l’époque de la guerre civile, le MLC a enfin permis à la population de se sentir libre, parce que ce mouvement est venu reconstruire tout ce qui avait été détruit. Je peine à comprendre comment Jean-Pierre Bemba a pu se transformer en monstre de l’autre côté de la frontière, en Centrafrique », lançait-il devant les juges internationaux.

Né le 24 janvier 1960 à Boto, diocèse de Molegbe dans l’ancienne province de l’Equateur, Mgr Fridolin Ambongo Besungu fut l’Evêque du diocèse de Bokungu-Ikela avant de devenir l’Administrateur Apostolique du diocèse de Kole, Président de la Commission Episcopale « Justice et Paix », et Administrateur Apostolique de Mbandaka-Bikoro à la mort de l’Archevêque Mgr Joseph Nkumu Ondala avant d’être nommé Archevêque du même Archidiocèse le 12 novembre 2016. Actuel vice-président de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), il est également administrateur également le diocèse de Bokungu-Ikela dont son successeur n’est pas encore nommé.

En sa qualité d’Archevêque Coadjuteur, il est adjoint par le pape à un Evêque résidentiel appelé à prendre bientôt sa retraite en l’occurrence la Cardinal Monsengwo, 78 ans ; dans l’exercice de ses charges avec le droit de succession. Disposant d’un pouvoir presqu’équivalent de son Evêque titulaire, sa nomination permet une transition sans interruption entre deux épiscopats souligne-t-on du côté de l’Eglise. Pour rappel, le pape François n’a toujours pas accepté la démission de Laurent Cardinal Monsengwo Pasinya (78 ans), présentée lors de son 75ème anniversaire.

Luaba Wa Ba Mabungi

print

Partagez

shares